26.01.2018, 18:34

Tournage de "Passe-moi les jumelles" à la cabane Perrenoud, près du Creux-du-Van

chargement
Le journaliste Simon Matthey-Doret (à gauche) arrive à la cabane Perrenoud avec l'autre invité de "Passe-moi les jumelles", le géologue cantonal Raphaël Mayoraz.

télévision L'équipe de "Passe-moi les jumelles" présentera 13 émissions depuis la cabane Perrenoud, au-dessus de Montalchez, sur le plateau du Creux-du-Van. Nous l'avons suivie durant une journée radieuse.

«OK, c’est bon! C’est bon pour moi. C’est presque bon pour nous. Alors, annonce! Emission une, milieu, première, 5, 4, 3...» Virginie Brawand se lance, fourche, recommence, bafouille, s’excuse en riant. «Allez, je me reprends...» «Je refais un décompte», annonce Thibault Kahlbacher, l’assistant réalisateur de «Passe-moi les jumelles» («Paju»).

Nous sommes sur les hauts de Montalchez, à quelques centaines de mètres du Creux-du-Van.  Transformée en studio, la salle à manger de la cabane Perrenoud accueille les deux invités de l’émission qui ouvrira les feux d’une nouvelle saison de «Paju»: le journaliste Simon Matthey-Doret et le géologue cantonal valaisan Raphaël Mayoraz.

Il est passé 13h. En ce jeudi radieux, l’équipe a déjà tourné, le matin, les scènes extérieures de l’émission qui passera bientôt à l’antenne.

Depuis le début de la semaine, la RTS a investi la cabane située à 1419 m d’altitude, fierté de la section neuchâteloise du Club alpin suisse (CAS). Des centaines de kilos de matériel ont dû y être acheminés depuis la seule route accessible, à plus de 2 km à vol d’oiseau.

C’est l’assistant réalisateur qui a dégoté l’endroit, «sur internet», explique Virginie Brawand. «Quand il est revenu de sa visite, il était emballé.»

Pourtant, le responsable de la gestion de la cabane, Dominique Gouzi, avait d’emblée souligné la difficulté de tourner à cette altitude en hiver, les chemins d’accès n’étant pas déneigés. Un tel détail n’allait pas arrêter la production. Deux propriétaires privés du coin se sont vite laissé convaincre de se mettre à disposition pour effectuer les transports nécessaires au guidon de leurs puissantes motoneiges.

Autre détail: le chalet n’est pas relié au réseau électrique. Les téléphones et les caméras dépendent entièrement des batteries fournies par la production. Ainsi, le mardi, il a fallu interrompre une scène,  pour changer une batterie alimentant un projecteur.

«On triche un peu»

Pour offrir au téléspectateur une image qui corresponde aux exigences de cette émission, le décor a été un peu travaillé. «On triche un peu», reconnaît Thibault Kahlbacher.

Le décorateur a confectionné un surplateau de bois pour recouvrir la table en formica qui n’aurait pas fait assez chalet. Des objets évoquant le temps jadis ont été posés sur les appuis de fenêtre, un baromètre en forme de pendule accroché au mur derrière les invités. «Le manteau de la cheminée était blanc, le décorateur nous a demandé s’il pouvait le repeindre en ocre», raconte Dominique Gouzi.

Ce que l’on verra à l’écran aura été soigneusement monté, à partir de plusieurs prises, donnant à la présentation un petit air de film de cinéma. 
«Nous avons encore le temps de faire de belles choses à ‘Paju’. Nous travaillons presque comme une équipe de cinéma», se félicite Virginie Brawand. En moyenne, pour huit à dix minutes d’émission, l’équipe aura tourné 2h30 de rushes.

Aucun détail n’est laissé au hasard. L’éclairage est réglé avec un soin extrême. Un exemple: un filtre scotché à l’extérieur des fenêtres atténue l’éclat du soleil.

Les membres de l’équipe ne logent pas sur place, les conditions sanitaires étant trop spartiates, mais à l’hôtel de l’Aigle, à Couvet. Et c’est raquettes ou skis aux pieds qu’ils rejoignent le soir leurs véhicules parqués quelques kilomètres en contrebas.

 

Une édition coûte 185’000 francs

Une édition de «Passe-moi les jumelles» de 60 minutes coûte en moyenne 185’000 francs (2016), indique la RTS. De nombreux facteurs ont une incidence sur les coûts: le temps consacré à la préparation et aux repérages, les lieux de tournage, les éventuels reports en raison de la météo, les besoins techniques nécessités pour obtenir une haute qualité d’image. «Paju» appartient à la catégorie des productions coûteuses. Le tournage est soigné et le travail de montage et de postproduction conséquent. Par comparaison, une édition d’«Infrarouge» – émission de débat tournée en studio avec quelques reportages – coûte en moyenne 40’000 francs.

A voir le 2 mars

L’émission dont nous avons suivi le tournage jeudi sera diffusée le 2 mars. Au total, 13 émissions seront présentées depuis la cabane Perrenoud. Prochains tournages: du 19 au 23 février, du 20 au 23 mars et du 17 au 20 avril.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

OrnithologieTout savoir sur les oiseaux du lac de NeuchâtelTout savoir sur les oiseaux du lac de Neuchâtel

Pinot noir, Cuvée Saint-Louis 2018, Domaine Grisoni, CressierPinot noir, Cuvée Saint-Louis 2018, Domaine Grisoni, Cressier

DéménagementMarin: un nouveau bâtiment accueillera la crèche des Moussaillons à la rentréeMarin: un nouveau bâtiment accueillera la crèche des Moussaillons à la rentrée

ClimatDistribution d'invendus à NeuchâtelDistribution d'invendus à Neuchâtel

SécuritéLe poste de police de proximité de Colombier fermera cette annéeLe poste de police de proximité de Colombier fermera cette année

Le poste de police de Colombier fermera

La restructuration de la police neuchâteloise entraînera la fermeture prochaine du poste de police de proximité de...

  20.02.2020 17:50
Premium

Top