10.05.2019, 05:30

Règlement de comptes autour des murs de Peseux

chargement
Peseux: des murs antibruit tout neufs devront être démolis car non conformes au permis de construire.

Politique Le Conseil général de Peseux a accepté le crédit pour démolir ces fameux murs qu’elle a construit hors norme le long de la ligne CFF. Mais le débat était tendu.

La fin était déjà connue. Peseux va démolir ces fameux murs construits hors normes le long de la voie CFF, avec ou sans le soutien de son Conseil général. Sommée par le canton, la commune n’a d’autres choix que de s’exécuter. Dès lors, la séance de ce jeudi soir a surtout permis aux élus de régler de vieux comptes.

A lire aussi : La commune de Peseux doit démolir des murs antibruit

A l’attaque, le PLR, via son rapporteur Alain Sommer. 2006, 2009, 2012, 2014 : ce dernier a rappelé les nombreux épisodes de ce projet de chemin piétonnier ainsi que leur coût. «Soit à ce jour, un montant total de 828’000 francs dépensés par la commune et en partie par les CFF si nous acceptons la présente demande. Ceci pour 345 mètres de chemin, soit 2400 francs le mètre.» Alain Sommer a ensuite repris les différents vices de procédure ayant émaillé le projet.

S’il ne l’a jamais nommée, la cible est clairement identifiée: l’ancienne conseillère communale PS en charge du projet en 2014. L’ancienne élue, redevenue entre-temps conseillère générale, n’était pas présente ce jeudi. Pour le rapporteur, ce fiasco est à mettre au crédit «de l’obstination d’une personne dans ce dossier, et ceci malgré les nombreuses mises en garde des commissions.» Alain Sommer a terminé son intervention en demandant «au Conseil communal d’explorer toutes autres voies pour financer cette mise en conformité, soit par l’action en justice, l’action en responsabilité civile ou autre.»

Gauche outrée

Réaction outrée à gauche. «On ne peut pas tolérer d’entendre qu’une seule personne a pris seule ces responsabilités. C’est l’ensemble du Conseil communal qui a donné son aval!», a tonné Carmen Grand, rejointe bien vite par Patricia Sörensen, rapportrice du groupe Ensemble à gauche: «Un Conseil communal est collégial et consensuel. Les responsabilités se partagent.» Un exécutif à majorité libéral-radical, donc.

Ensemble à gauche et Vert’libéraux ont surtout trouvé dommage qu’aucun accord à l’amiable n’ait pu être trouvé avec le voisin ayant fait opposition – qualifié de jusqu’au-boutiste par la rapporteuse Vert’libérale Mireille Tissot-Daguette.

Un don qui unit

Au final, si personne ne s’est opposé au crédit, la droite et une partie des Vert’libéraux se sont abstenus de voter, laissant à quatorze conseillers généraux la difficile tâche d’accorder les 124’000 francs demandés pour mettre ce chemin, enfin, aux normes.

Devant ces fronts tendus, il n’y avait guère qu’un don pour faire l’unanimité. Les différents groupes ont tous remercié chaleureusement Orlando Capalbo. Cet Italien, dont la femme décédée était originaire de Peseux, a offert 20’000 francs en mémoire de son épouse Micheline à la commune. Cette somme servira à embellir le parc du château, où des jeux pour enfants seront posés.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top