Pro Infirmis se met aux arts du spectacle à Neuchâtel

chargement

Découverte Pro Infirmis propose des ateliers théâtre aux personnes handicapées. Un spectacle inspiré de l’opérette «Mesdames de la Halle» sera donné au mois de décembre.

 28.08.2019, 18:00
Deux séries de cours ont lieu dans l'année. Une chaque semestre.

Jérémy est autiste. Pour lui, regarder quelqu’un dans les yeux est difficile. Mais quand Yves Senn, directeur artistique de l’Avant-Scène opéra chargé du cours, lui demande de le fixer du regard tout en tapant dans les mains à l’unisson, il le fait. «Il y arrive!», s’exclame, émue, Rose-Marie, la maman de Jérémy.

Depuis ce mardi et jusqu’en décembre, Pro Infirmis, en partenariat avec l’Avant-Scène opéra et le Conservatoire de musique neuchâtelois, propose des cours aux personnes en situation de handicap. Le but est de leur faire vivre leur passion pour les arts du spectacle tout en préparant deux représentations inspirées de l’opérette «Mesdames de la Halle». Elles auront lieu les 15 et 16 février 2020 au Théâtre du Passage.

Les premiers exercices permettent de créer une connexion entre les participants. Photo: Bernard Python

Se surpasser

Durant 1 h 30, les exercices s’enchaînent. Les participants commencent par se «passer le clap», puis une tape dans le dos. «En faisant cela, on prend acte de la présence des autres», leur explique Yves Senn. Ensuite, vient le moment de jouer des émotions. «Au théâtre, on ne mime pas, on ressent.» Pour finir, les apprentis comédiens sont invités à pousser des «oh» et «hmm». Petit à petit, les sons se transforment en chant et un «Frère Jacques» en canon est finalement entamé. Le professeur est confiant: «Vous avez tous de belles voix. Si quelqu’un chantait faux, on n’arriverait pas à être en harmonie.»

Yves Senn, Jérémy et Rose-Marie. Photo: Bernard Python

Alors que vient le moment de travailler le souffle, l’enseignant demande de rentrer le ventre. «Je ne peux pas, je n’ai pas de muscles à cet endroit», explique Fabien, l’un des participants. Yves Senn se veut rassurant: «Je parle de ventre, mais c’est le diaphragme qui travaille. Tu peux y arriver.» Finalement, l’exercice sera accompli par tout le monde.

Parmi la douzaine de participants, certains n’en sont pas à leur première fois. «C’est Yves qui m’a convaincue de chanter, et maintenant j’adore ça», confie Arianne, plusieurs partitions dans la main. Quant à Angélique, elle découvre les ateliers pour la première fois. «J’étais angoissée avant le début du cours, mais ma mère m’a encouragée. Je ne regrette pas d’être venue!»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CultureL'opéra met Pro Infirmis sur le devant de la scène à NeuchâtelL'opéra met Pro Infirmis sur le devant de la scène à Neuchâtel

HandicapOpéra et débat pour les 75 ans de Pro Infirmis NeuchâtelOpéra et débat pour les 75 ans de Pro Infirmis Neuchâtel

Top