26.08.2018, 21:19

On n'avait jamais vu autant de manants aux Médiévales du Landeron

chargement
Voltigeurs, cascadeurs, jongleurs ont enchanté le public dans des spectacles équestres époustouflants mêlant action, poésie, humour.

Spectacle Avec 15 000 visiteurs, un record, les Médiévales du Landeron ont réussi à exorciser la météo impitoyable de samedi. En coulisses, l’incendie d'un camion d’une troupe équestre a toutefois terni la fête.

Temps frisquet. Mais pas de quoi décourager les hordes de gueux, gentes dames et preux chevaliers accourus aux Médiévales du Landeron ce week-end.

«L’arène et le vieux bourg sont bondés, on n’a jamais vu autant de monde!» Pierre Läderach, président du comité d’organisation, pouvait respirer hier soir. Après un début de fête malmené par la météo, cette troisième édition a battu des records d’affluence avec 15 000 visiteurs (première estimation).

Les broches de sanglier tournaient à plein régime. La foule déambulait au son des violons du diable et des danseries des saltimbanques. Cracheurs de feu, échassiers, magiciens, conteuses, alchimistes et artisans animaient la fête placée sous le thème des Vikings.
Dans l’Arène, il ne restait plus une botte de paille de libre (version médiévale des fauteuils de théâtre) pour les grands spectacles équestres.

Seule ombre au tableau, un début d’incendie a détruit un des camions des artistes équestres (voir ci-dessous).Bisannuelles, les Médiévales ont sans conteste réussi à se faire une place aussi bien parmi le grand public qu’auprès des passionnés venus de tout le pays et bien au-delà.

Leif, le Viking breton au combat

Contrairement aux allégations de l’Histoire, les Vikings ont bel et bien foulé les terres d’Helvétie. Les Médiévales grouillaient d’émules d’Erik le Rouge. Parmi eux, Leif (photo David Marchon) de son nom Viking, Breton de 24 ans, lancier dans une troupe de copains qui écume les festivals médiévaux: «J’ai découvert cet univers par un ami, c’est vite devenu une passion. Le combat est fait de règles très strictes. Seuls les coups au casque, au t-shirt et au short sont valables. Il faut un esprit d’équipe très fort. Le bouclier, la lance, les costumes, nous fabriquons tout nous-mêmes. Nous nous battons avec des protections légères, l’enjeu est de mettre des touches franches et réglementaires, pas de taper comme des brutes.»

Vivre au Moyen-Age, un rêve? «L’histoire des Vikings me passionne, leur façon de vivre, de combattre, leurs rites religieux et toutes les sagas autour d’eux font rêver. Mais au-delà de la mythologie, les conditions de vie étaient très difficiles, les gens mouraient à 30 ou 40 ans.»

Le bon roi dagobert prend son bain

Succès garanti pour Pierre Läderach, Landeronnais de 54 ans (photo David Marchon). Sur l’air du «Bon roi Dagobert», en caleçon d’époque (ou presque), le président du comité des Médiévales prenait son bain au milieu des rires de la foule. «Le bain du roi est une leçon d’hygiène pour le bas peuple», daigna nous confier sa majesté, installateur sanitaire dans la vie. «J’explique aux gueux comment se laver, combien de personnes peuvent passer dans la baignoire avant que l’on doive changer l’eau, comment écumer la graisse à la surface avec un drap, un peu à la façon des fromagers. Tout un art!» Puis, ce passionné de médiévales «sans être puriste» remisa sa couronne pour rendosser ses habits de président.

Vivre au Moyen-Age, c’est un rêve? «Je crois que je m’y serais bien fait. Regardez les tenues des gentes dames, ces belles robes bien découpées aux couleurs extraordinaires. Les vêtements féminins d’aujourd’hui sont d’un banal! Après, ce n’était pas des périodes faciles.»

Un incendie détruit le camion d'une troupe équestre

Le coup est rude pour Ghislain Cayla, 38 ans, patron de la compagnie française Impulsion. Dimanche vers 5h20, pour une cause encore indéterminée selon la police, un début d’incendie s’est déclaré dans le camion servant de coulisses aux artistes équestres.

Les chevaux sont indemnes. Mais le véhicule et une bonne partie du matériel ont été détruits. Le feu a pris d’autant plus vite que la troupe détenait du matériel pyrotechnique. Les artistes ont néanmoins assuré «à 95%» le grand spectacle de dimanche – dans une arène bondée – grâce à des costumes prêtés par les organisateurs des Médiévales.

«On ne va pas lâcher»

«Là, je n’arrive vraiment pas à voir comment nous allons gérer les dégâts», relevait Ghislain Cayla (photo David Marchon), sous le choc dimanche soir. «Au-delà de la perte financière – au bas mot 100 000 euros – il faudra du temps pour tout reconstruire. Et nous avons encore pas mal de dates à l’étranger, notamment en Espagne.»

Créée en 2003 dans l’Aveyron, la compagnie, qui compte une douzaine d’artistes (voltigeurs, dresseurs, cascadeurs) et quatorze chevaux, s’est spécialisée dans les shows médiévaux et les westerns. Avec, toujours, l’équidé au cœur du spectacle. «La plupart sont nés chez nous. Tout ce qu’ils font, on l’obtient par le travail, pas par la contrainte», insiste cet éleveur chevronné. Et d’ajouter, combatif: «Les chevaux, c’est notre passion. On ne va pas lâcher!»

A lire aussi : "Un début d’incendie s’est déclaré dans un camion aux Médiévales du Landeron"


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TémoignageCyanobactéries dans le lac de Neuchâtel: «J’étais sûre que Ness mourait»Cyanobactéries dans le lac de Neuchâtel: «J’étais sûre que Ness mourait»

TémoignageChien mortellement intoxiqué par des cyanobactéries: «Ses pattes cédaient sous son poids»Chien mortellement intoxiqué par des cyanobactéries: «Ses pattes cédaient sous son poids»

«Ses pattes cédaient sous son poids»

Pixel fait partie des six chiens morts après avoir été contaminé par des cyanobactéries, à l’embouchure de l’Areuse. Sa...

  04.08.2020 19:25
Premium

FamilleUn espace pour changer et allaiter bébé ouvre à NeuchâtelUn espace pour changer et allaiter bébé ouvre à Neuchâtel

NavigationLes compagnies de navigation neuchâteloise et biennoise boivent la tasse avec le coronavirusLes compagnies de navigation neuchâteloise et biennoise boivent la tasse avec le coronavirus

RivesCyanobactéries: à Boudry et Colombier, les établissements touristiques tirent la langueCyanobactéries: à Boudry et Colombier, les établissements touristiques tirent la langue

Top