07.06.2019, 17:17

Neuchâtel: «Coup de pousse» pour la biodiversité sur l’A5

chargement
Les bords de l’A5, notamment, ne seront pas fauchés avant la fin du mois de juillet.

Environnement Des espaces verts bordant plusieurs autoroutes de Suisse romande (dont l’A5) ne seront pas fauchés avant la fin du mois de juillet. Sur ces parcelles sélectionnées, l’Office fédéral des routes mène un projet pilote en faveur de la biodiversité.

Les machines ne sont pas en panne, et le personnel n’est pas en grève. Mais les abords végétalisés de certaines autoroutes de la région, comme l’A5 entre Le Landeron et Yverdon, resteront broussailleux jusqu’à la fin du mois de juillet. Les seules exceptions concerneront les endroits où une bonne visibilité doit être garantie pour les automobilistes.

Projet pilote

Dans le cadre d’un projet pilote, la filiale d’Estavayer de l’Office fédéral des routes (Ofrou) a instauré, depuis la mi-mai, un moratoire de fauche pour étudier la biodiversité dans plus d’un tiers des espaces verts bordant les 458 km de son réseau autoroutier. Ce dernier est réparti entre les cantons de Neuchâtel, Berne, Fribourg, Vaud, Genève et du Jura.

L’idée est de déterminer ce qui pousse et ce qui vit dans chaque endroit de notre réseau
Simona Roberti-Maggiore, chargée de communication pour la filiale d’Estavayer de l’Ofrou

Pendant trois mois, ce sera donc la foire aux bestioles et aux herbes folles sur les 3 millions de mètres carrés concernés, soit l’équivalent d’environ 430 terrains de football. 

Conformément à la Stratégie Biodiversité Suisse 2012, qui souligne le «rôle phare» joué par les talus autoroutiers (et ferroviaires) dans les questions environnementales, des experts effectueront des relevés pour évaluer le potentiel écologique de chaque parcelle.

Adapter l’entretien

«L’idée est de déterminer ce qui pousse et ce qui vit dans chaque endroit de notre réseau, de manière à définir des zones prioritaires. En fonction des espèces animales et végétales recensées, des plans d’action spécifiques pourront ensuite être élaborés pour favoriser la biodiversité avec des moyens d’entretien adaptés», explique Simona Roberti-Maggiore, chargée de communication pour la filiale d’Estavayer. «Il s’agit de préserver les milieux naturels de grande valeur écologique, de les valoriser et de mieux les mettre en réseau.»

20% au moins de zones prioritaires

En fonction des résultats obtenus, le projet sera élargi à l’ensemble du réseau autoroutier suisse. Lors des quatre prochaines années, l’Ofrou se fixe pour objectif de délimiter au moins 20% des espaces verts bordant les routes nationales en tant que zones prioritaires pour la biodiversité. 

Le coût de ces mesures, financées par la Confédération, s’élève à 2 millions de francs. 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

autoroutesSuisse: l'entretien des espaces verts bordant les autoroutes coûte 35 millions par anSuisse: l'entretien des espaces verts bordant les autoroutes coûte 35 millions par an

Top