16.01.2016, 00:49

Les tests d’ADN, une simple question d’appréciation

Premium
chargement
L’inspecteur chargé de l’enquête n’a pas jugé utile de réaliser un prélèvement d’ADN sur le cygne décapité.
CYGNE DéCAPITé

L’avocat du jeune homme, finalement relaxé dans l’affaire du cygne décapité, regrettait que la police n’ait pas effectué de prélèvement d’ADN sur le cadavre du palmipède (notre édition d’hier). A-t-il bien fait de s’en plaindre? La police procède-t-elle automatiquement à des analyses d’éventuelles traces d’acide désoxyribonucléique?

C’est l’inspecteur en charge de l’enquête qui apprécie l’opportunité de mener ce genre de...

À lire aussi...

CirculationNeuchâtel: le tunnel des gorges du Seyon sera fermé pendant deux nuitsNeuchâtel: le tunnel des gorges du Seyon sera fermé pendant deux nuits

LogementsL’appétit immobilier grignote des vignes à HauteriveL’appétit immobilier grignote des vignes à Hauterive

FestivalLe Nifff dévoile les huit premiers films de son événement hors-sérieLe Nifff dévoile les huit premiers films de son événement hors-série

PlantesLe Jardin botanique de Neuchâtel attend les visiteurs de pied fermeLe Jardin botanique de Neuchâtel attend les visiteurs de pied ferme

RestaurationRéouverture du restaurant social de Caritas à NeuchâtelRéouverture du restaurant social de Caritas à Neuchâtel

Top