Le réalisateur neuchâtelois Nathan Hofstetter a choisi de filmer sa propre schizophrénie

chargement

Cinéma Diagnostiqué schizophrène paranoïde en 2013, Nathan Hofstetter a décidé de parler de sa maladie à travers son premier long-métrage. «Loulou» sera diffusé mercredi 4 septembre à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds.

 02.09.2019, 14:00
Lecture: 4min
Premium
Nathan Hofstetter présente l'affiche de son film "Loulou".

«Nous sommes tous des Loulous.» Ce surnom «bienveillant», dans le monde de Nathan Hofstetter, désigne une personne «à côté de la plaque». Mais aussi sa maladie, la schizophrénie, représentée dans la répétition des syllabes du mot «loulou». Le réalisateur neuchâtelois de trente ans en a fait le titre de son film, qui sera diffusé ce mercredi 4 septembre dans les...

À lire aussi...

CinémaLe cinéma suisse boude-t-il le jeune public?Le cinéma suisse boude-t-il le jeune public?

CultureLes multiplexes remplacent de plus en plus les salles de cinéma uniques en SuisseLes multiplexes remplacent de plus en plus les salles de cinéma uniques en Suisse

Top