31.03.2020, 05:30

L’école à la maison, vue par des enfants de Neuchâtel

chargement
Le dessin de Lucille, 10 ans, du collège des Parcs, à Neuchâtel.

Enseignement Alors qu’ils sont à la maison depuis deux semaines, certains élèves commencent à trouver le temps long. Des jeunes de deux classes du collège des Parcs ont accepté de dire, en mots et en dessins, comment ils vivaient cette période compliquée.

«Ce qui ressort le plus, c’est qu’ils ne sont plus en lien avec leurs copains. Et les miens ont aussi l’ennui de leur maîtresse. Ils sont encore petits.» Depuis deux semaines, les jeunes Neuchâtelois suivent leurs cours depuis la maison. Enseignante au collège des Parcs, à Neuchâtel, Myriam Facchinetti tient depuis lors une chronique dans «ArcInfo». Elle a proposé à ses élèves – une classe de 3e année et une de 6e qu’elle partage avec sa collègue Dominique Jeanrenaud – de faire pareil, à travers des textes et des dessins. «Je trouvais intéressant de mettre en regard ce qu’ils vivent par rapport à mon point de vue d’enseignante.»

«Beaucoup parlent de leur jardin et d’autres activités. Ils trouvent des ressources, c’est assez fou. Ils se rendent compte qu’ils sont capables d’apprendre des choses sans moi, naturellement», remarque l’enseignante. «Cette situation remet bien à sa place l’apprentissage à la maison», estime Myriam Facchinetti, que ce soit par rapport aux devoirs ou à l’autonomie des élèves. «En tout cas, mon enseignement va changer quand je vais pouvoir reprendre ma classe.»

Noémie (10 ans)

Paloma (10 ans)

Siméon (10 ans)

Soukayna (6 ans)

«Depuis que l’école a fermé, j’ai déplacé mon bureau de ma chambre au salon à côté du bureau de maman. Je fais mes devoirs et je dessine dessus. Je joue beaucoup avec mon frère Ounayss, à la voiture et à la dinette. Avec maman, on joue aux cartes, on lit des histoires et on écoute de la musique en dansant. Mon petit frère et moi aidons beaucoup maman à la cuisine, on adore préparer un gâteau au chocolat pour le goûter. On fait aussi des bricolages et de la peinture. On s’amuse bien à la maison!»

Alex (10 ans)

Théodore (10 ans)

Arnaud (10 ans)

«Bonjour, je m’appelle Arnaud, j’ai 10 ans et je suis en classe 6FR232. Voilà comment je fais l’école à la maison: le matin je me lève plus tard que d’habitude et je peux rester en pyjama ça c’est cool. Je regarde sur l’ordinateur les devoirs à faire. Des fois ma mère m’aide parce que sans ma maîtresse, ce n’est pas facile. Quand j’ai fait tout ça, je fais mon journal de bord. Pour corriger, ma mère envoie la photo de mes devoirs à la maîtresse. L’après-midi, je regarde des vidéos et je fais des jeux. Ma maîtresse et mes amis me manquent et on n’a pas le cours de gym, ça, c’est pas cool. Voilà pour l’instant ça va mais j’espère que ça va pas durer trop longtemps.»

Pablo (6 ans)

«Mes copains me manquent. On fait des maths. J’aime mon jardin. On fait des jeux!»

Adrita (6 ans)

Zachary (7 ans)

Emin (10 ans)

Elias (10 ans)

Lila (10 ans)

Jasmine (7 ans)

Lucille (10 ans)


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Épidémie«Il est temps de faire un arrêt sur image»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise«Il est temps de faire un arrêt sur image»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise

Épidémie«Ma ‘famille’ a brusquement disparu»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise«Ma ‘famille’ a brusquement disparu»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise

ÉPIDÉMIE«Parfois, le matin, ma gorge se serre»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise«Parfois, le matin, ma gorge se serre»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise

Épidémie«Cris et rires qui rythment les journées ne sont plus»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise«Cris et rires qui rythment les journées ne sont plus»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise

Top