29.10.2016, 00:52

«J’ai dû fuir mon pays pour aider»

Premium
chargement
Dans le monastère qu’il dirigeait, le père Mourad accueillait aussi bien des chrétiens que des musulmans.

TÉMOIGNAGE Prêtre catholique syrien, le père Jacques Mourad a été l’otage de Daech pendant quatre mois. Il donnera la messe à Neuchâtel dimanche.

Lorsqu’il entre dans le café zurichois où nous avons rendez-vous, le père Jacques Mourad, un peu voûté, un sourire timide aux lèvres, paraît fragile. Mais dès que le prêtre se met à parler – dans un français presque parfait – de la guerre en Syrie, son pays, et de son expérience d’otage aux mains de l’Etat islamique, il...

À lire aussi...

JeunesseDans les villages, le CAP du Landeron poursuit son renouveauDans les villages, le CAP du Landeron poursuit son renouveau

NeuchâtelGrève pour le climat met de l’ordre dans les déchets à NeuchâtelGrève pour le climat met de l’ordre dans les déchets à Neuchâtel

EconomieLe Forum des entrepreneurs de l’Entre-deux-Lacs avec un des patrons de LinkedInLe Forum des entrepreneurs de l’Entre-deux-Lacs avec un des patrons de LinkedIn

CirculationAppel à témoin après une collision sur l’autoroute dans le tunnel de GorgierAppel à témoin après une collision sur l’autoroute dans le tunnel de Gorgier

TransitionFête des vendanges de Neuchâtel: un quatuor pour rallumer la flammeFête des vendanges de Neuchâtel: un quatuor pour rallumer la flamme

Top