02.08.2015, 17:43

Il n'y aura pas de baisse d'impôts l'an prochain

chargement
Par jean-michel pauchard

La commune du Landeron devrait vivre en 2008 sa troisième année consécutive dans les chiffres noirs. Mais le faible niveau de sa fortune a dissuadé le Conseil communal de proposer une baisse du coefficient fiscal. Elle a souffert financièrement mille morts en 2004 et 2005 (un peu plus de deux millions de francs de déficit pour chacune de ces deux années). Pourtant, la commune du Landeron pourrait bien s'offrir en 2008 son troisième exercice comptable consécutif dans les chiffres noirs. Le budget 2008, que le Conseil général examinera vendredi, prévoit un excédent de recettes de 671 000 francs pour un total de charges de 19,7 millions.

Cependant, la fortune communale nette par habitant ne représente que 596 francs. «Par rapport aux normes admises, notre réserve comptable générale est très insuffisante», écrit le Conseil communal.

Le 31 décembre 2008, cette réserve atteindra probablement 3,53 millions de francs. L'exécutif estime qu'elle devrait normalement s'élever à 10,61 millions de francs. Vendredi, les conseillers généraux n'auront donc pas de baisse du coefficient fiscal (59%) à leur ordre du jour. D'autant que le taux actuel place Le Landeron «à la sixième position des communes les moins taxées du canton».

En revanche, le Conseil communal desserre quelques autres boulons: il rétablit à 100% les subsides accordés aux sociétés locales «et tous les autres postes» dans lesquels il avait opéré une coupe linéaire de dix pour cent. Il relève par ailleurs que les rentrées fiscales de l'année en cours ont permis de rembourser un emprunt de plus de deux millions, ce qui va évidemment alléger les intérêts passifs l'an prochain.

Les habitants subiront quand même une hausse en 2008. «Mis en demeure» par l'Etat d'équilibrer le financement du traitement des déchets, le Conseil communal va augmenter la taxe déchets de 6,5 pour cent. /JMP

Retirer les horodateurs?

S'il respecte son ordre du jour, le Conseil général devrait, en fin de séance, examiner une motion socialiste intitulée «Retrait des horodateurs».

Déposée le 23 septembre à la suite du refus populaire d'accorder le crédit nécessaire au financement de parcomètres collectifs à installer sur les parkings nord et sud du bourg, cette motion demande à l'exécutif d'étudier: la désaffection des horodateurs installés en 2006, les conséquences financières du vote populaire du 23 septembre et de la désaffection des installations existantes, enfin les moyens de compenser, «si nécessaire», les pertes financières induites par le scrutin du 23 septembre.

Les socialistes motivent leur motion par l'ampleur du refus manifesté lors de cette votation (69,2% de non). A leurs yeux, les Landeronnais ne veulent simplement pas «que la commune compense ses besoins financiers par le biais de taxes de parcage». /jmp


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top