12.06.2019, 17:34

Le DJ neuchâtelois Chris Clay a rejoint les étoiles

chargement
Le DJ neuchâtelois Chris Clay avait 50 ans.

Carnet noir Il a fait bouger les nuits neuchâteloises en transmettant sa passion de la house music. Le DJ Chris Clay est décédé début juin. Ses proches lui rendent hommage.

«Un livre entier ne suffirait pas pour raconter l’homme qu’il était, ses aventures, ses passions.» Laurie Bettenmann est profondément touchée par le décès de celui qui avait été son compagnon pendant 17 ans, le DJ Chris Clay.

Mort début juin à l’âge de 50 ans, Jean-Christophe Clays, de son vrai nom, a marqué toute une génération de clubbers neuchâtelois: «Il a parcouru toute la Suisse, joué dans plus de 150 clubs. Il avait parfois plusieurs sets dans une nuit, un vrai marathon», se souvient Laurie Bettenmann, qui a rencontré Chris en boîte de nuit.

Passionné, ce coiffeur de métier avait la musique littéralement dans la peau, tatoué d’un disque enflammé et d’un bras de platine glissant sur un sillon de vinyle. Une ferveur qu’il partageait avec son public et qui a fait sa réputation: «Il aimait surprendre, faire vibrer, faire danser et que les gens s’évadent au son qu’il leur donnait. Il avait besoin de ressentir son public. Plus il était réceptif, plus Chris devenait magicien, plus il s’ouvrait.»

Un précurseur

Patrick de Jesus, ami de Chris Clay depuis les années nonante et lui-même DJ, parle carrément d’«osmose» avec les danseurs. «Quand j’étais résident au New York Club, il a été engagé au Frisbee, lorsque le clubbing avait encore un sens à Neuchâtel. C’était un très bon technicien et il avait une grande connaissance de la musique.»

Surtout, «il a été un précurseur de la house music. C’était un des premiers à en jouer en Suisse. Il y avait 2000 à 2500 personnes dans le pays qui aimaient cette musique et qui se déplaçaient.» Plus tard, Chris Clay ouvrira des magasins de vinyles à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds. Leur nom? House Resistance.

«Assez rangé»

Celui qui exerçait aussi comme angleur dans l’horlogerie était «assez rangé», selon Patrick de Jesus. Ce dernier tient d’ailleurs à clarifier les choses: «Nous avons fait des excès, comme tout le monde à cette époque. Certains disent qu’il a fait une overdose. C’est faux! L’autopsie a confirmé qu’il s’agissait d’une mort naturelle.»

Il a été trouvé par ses proches, endormi à jamais, son chat à ses côtés. Laurie Bettenmann et Patrick de Jesus saluent l’ami «fidèle, généreux et entier». «Il va nous manquer. Il fait désormais danser les étoiles.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top