Hauterive: des plaques de granit menacent La Souris Verte

chargement

Danger Un crédit d’un million de francs est demandé à Hauterive pour des travaux à mener rapidement à La Souris Verte. Le revêtement extérieur en granit menace de s’effondrer.

 29.03.2019, 15:36
Des barrières de sécurité ont été installées pour éviter qu’une des plaques de granit qui habillent l’immeuble ne s’écrase sur la tête d’un enfant.

Le bâtiment abritant la structure d’accueil La Souris Verte et trois classes de 1ère et 2e années Harmos, à Hauterive, est cerné de barrières de sécurité. Elles sont là pour éviter qu’une des plaques de granit qui habillent l’immeuble ne s’écrase sur la tête d’un bambin.

Depuis plus d’une année, il a été constaté des décollements du placage en granit (posé en 1998) recouvrant les murs en béton de cette ancienne usine bâtie en 1964. Pas moins de 70% des plaques sont décollées, menaçant de se décrocher de leur support.

Humidité constante

L’étude mandatée voici tout juste une année par le Conseil communal conclut à un écoulement d’eau entre les plaques et la sous-construction. Le rapport de l’exécutif parle de mousses, stalactites et coulures d’eau. Cette humidité constante se retrouve «dans la colle et le crépi», précise-t-il. Ce rapport est au menu de la séance du Conseil général d’Hauterive du 8 avril.

Pour y remédier, le Conseil communal se proposait, l’été dernier déjà, de mener des travaux urgents sur la façade. Son élan avait été stoppé par les commissions d’urbanisme et financières au motif qu’ils n’amenaient «pas de plus-value pour le bâtiment». D’où la sécurisation provisoire du périmètre l’automne dernier.

Gain énergétique

Cette fois-ci, l’exécutif revient devant le législatif avec un projet complet, chiffré à 978’000 francs. Il comprend l’isolation thermique de l’enveloppe, la pose de fenêtres à triple vitrage, une isolation extérieure des murs et sous le toit.

Ainsi, le bilan énergétique du bâtiment passerait de la catégorie E à B. Des travaux de génie civil et la remise aux normes des installations électriques (mise à terre du bâtiment, notamment) devant être menés en parallèle.

Futur incertain

Dans un deuxième temps, la chaudière à mazout serait remplacée et, dans un troisième temps, près de 300 mètres carrés de panneaux solaires seraient fixés sur l’immeuble. D’ici la fin de l’année, le conseil communal doit décider s’il entend conserver, vendre ou mettre en location cet immeuble lorsqu’il sera rénové.

Lors de cette même séance du Conseil général, les élus se prononceront également sur le règlement actualisé du port.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Etat civilLes offices d’état civil de Cressier et d’Hauterive pourraient être transférés à NeuchâtelLes offices d’état civil de Cressier et d’Hauterive pourraient être transférés à Neuchâtel

Top