26.02.2020, 13:00

Gina Proenza raconte ses histoires mouvantes au Centre d’art Neuchâtel

Premium
chargement
La plante exotique, agarra-diablo, sert de fil rouge aux créations de Gina Proenza.

Exposition Le Centre d’art Neuchâtel (CAN) accueille Gina Proenza, une jeune artiste d’origine colombienne, qui met en lumière les marges de l’histoire.

Dans cette exposition en forme de storytelling construite par Gina Proenza (*1994), on marche sur des surfaces instables, à deux orteils de trébucher sur le marginal, l’anecdotique ou… le mythique. Car la récente lauréate de la Bourse Leenaards se plaît à construire ici des récits hybrides, mélange de réminiscences aux accents amérindiens, de faits divers voyeuristes et de références lettrées.

Des mots volés à la narration

Par une suite d’installations et de pièces épurées, voire...

À lire aussi...

ImmersionLe Centre d’art de Neuchâtel accueille le travail insulaire de Julien CreuzetLe Centre d’art de Neuchâtel accueille le travail insulaire de Julien Creuzet

ExpositionBronzage artistique intégral au Centre d’art de NeuchâtelBronzage artistique intégral au Centre d’art de Neuchâtel

ExpositionAu Centre d’art Neuchâtel, l’espace d’art comme organe sensibleAu Centre d’art Neuchâtel, l’espace d’art comme organe sensible

Top