03.04.2019, 15:25

Flashé à 138 km/h dans la zone de chantier à Saint-Blaise: «Nous sommes atterrés, choqués!»

chargement
Le procureur de service a ordonné le séquestre du véhicule du prévenu.

CHAUFFARD Choquée, la police neuchâteloise explique pourquoi elle a choisi de diffuser la photo du chauffard flashé à 138km/h au lieu de 60 km/h dans la zone de chantier du tunnel de l’A5, ce samedi soir à Saint-Blaise. Elle renforcera aussi sa prévention.

«Nous sommes atterrés, choqués! Se faire flasher à cette vitesse-là, c’est incompréhensible.» Le porte-parole de la police neuchâteloise, Pierre-Louis Rochaix, ne mâche pas ses mots après l’incroyable excès de vitesse d’un chauffard résidant sur le Littoral, ce samedi soir.

Comme l’indique la police ce mercredi, le trentenaire a été flashé à 138km/h – vitesse enregistrée au radar – dans une zone de chantier limitée temporairement à 60km/h au lieu de 100km/h habituellement. Il s’est fait prendre par «la grosse Bertha», postée à l’entrée du tunnel de l’A5, à la hauteur de Saint-Blaise, en direction de Neuchâtel.

Jusqu’à un an de prison

Interpellé le lendemain à son domicile, l’homme a reconnu les faits. Enquête en cours oblige, les raisons de son comportement ne sont pas dévoilées. Son infraction, elle, tombe sous le coup de Via Sicura. Il risque un an de prison et deux ans de retrait de permis. Dans l’immédiat, son véhicule a été saisi sur-le-champ.

Pour la police neuchâteloise, les faits sont presque surréalistes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle a choisi de partager son avis publiquement, chose qu’elle ne fait d’ordinaire pas.

Le radar avait été signalé

Car pour la première fois, la police avait choisi de faire un maximum de prévention en annonçant la pose du radar, photo à l’appui. «Nous voulions faire savoir à tous les automobilistes que l’endroit est dangereux, que des ouvriers mettent leur vie en jeu dans cette zone», justifie Pierre-Louis Rochaix. Lequel rappelle que des panneaux de signalisation et des flèches lumineuses balisent largement la route pour annoncer la limitation du 60 km/h, et que le radar est annoncé.

Pour la première fois également, la police a choisi de diffuser la photo du chauffard, prise par le radar, «là encore dans un but préventif. Les gens doivent comprendre que rouler ainsi, c’est dangereux.»

Afin d’inciter les automobilistes à lever le pied, la police réinstallera les fameux panneaux jaune fluo affichant, au fur et à mesure, le nombre de permis retirés sur ce tronçon. «C’est nécessaire. Le premier retrait de permis a été enregistré seulement sept minutes après que nous avons posé notre radar…»  


Top