03.08.2015, 08:58

Fin des battues policières à Provence

chargement

Les recherches sur le terrain du fuyard de Provence (VD) ont pris fin. Les polices neuchâteloise et vaudoise assurent une présence et vérifient tous les appels. Les circonstances de la fuite commencent à être connues.

«Il n'y a plus de battues sur le terrain. Nous avons un dispositif de lever de doute», a expliqué aujourd'hui à l'ats David Maccabez, chargé de communication à la police neuchâteloise. La police va vérifier au cas où on lui signale quelque chose, précise-t-il.

Côté vaudois, Jean-Christophe Sauterel indique que leur centrale a reçu plus de trente appels aujourd'hui qui font tous l'objet de vérification, mais en vain pour le moment. «On part du principe que tous les endroits qui devaient être fouillés l'ont été», ajoute le porte-parole de la police pour expliquer la fin de l'engagement massif des forces sur le terrain.

Menaces en voiture
Interrogé par l'ats sur le déroulement de la fuite du détenu, Jean-Christophe Sauterel a donné quelques éléments. La voiture avec les deux agents de détention de Gorgier et le prisonnier à l'arrière était «sur le retour», à l'issue donc de la balade.

Le Jurassien a alors saisi l'agente au cou et l'a menacée avec un objet tranchant «indéterminé». En voulant se défendre, elle s'est blessée à la main. Le détenu a dit qu'il n'avait pas l'intention de rentrer en prison, ce qui a provoqué «un échange verbal», selon Jean- Christophe Sauterel.

Tentative de dialogue
Les trois personnes sont sorties de la voiture et les deux agents ont essayé de le convaincre de rentrer. A ce moment, le prisonnier s'est enfui et l'agente a essayé sans succès de le rattraper.

Mardi, une centaine de policiers vaudois et neuchâtelois ont participé à la traque du fugitif, accompagnés de gardes-frontière et de gendarmes français. L'homme, un Jurassien de 64 ans, s'est échappé lundi après-midi. Il est jugé très dangereux. /ats

Personne interpellée par erreur à Genève

Un homme au physique similaire à celui du dangereux détenu qui s'est échappé d'une prison du canton de Neuchâtel a été interpellé aujourd'hui après-midi dans un bus à Genève. Suite à un contrôle d'identité, il s'est avéré qu'il y avait méprise.

Les passagers ont cru reconnaître le fugitif dont le portrait a été diffusé dans les médias, indique un porte-parole de la police genevoise confirmant une information parue sur le site internet de «20 minutes». Deux patrouilles sont immédiatement intervenues pour l'interpeller.

Mieux vaut se déplacer pour rien que de prendre le risque de laisser filer le vrai fugitif, souligne le porte-parole. La police genevoise ne doit pas faire face à de nombreux appels de la part de la population au sujet de cet homme en fuite. Il s'agirait de la seule intervention des forces de l'ordre à ce sujet. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MésaventureUne habitante de Cressier en cellule aux Etats-Unis pour un mauvais visaUne habitante de Cressier en cellule aux Etats-Unis pour un mauvais visa

ConcertLe trompettiste Jacques Coursil au Pommier: «Rassurez-vous, ce ne sera pas une lecture!»Le trompettiste Jacques Coursil au Pommier: «Rassurez-vous, ce ne sera pas une lecture!»

Neuchâtel: Jacques Coursil au Pommier

Trompettiste, philosophe et mathématicien, Jacques Coursil donnera un récital poétique vendredi 21 février au théâtre...

  18.02.2020 14:17
Premium

Café citoyenNeuchâtel: un café citoyen pour débattre des enjeux sociaux et politiques d’internetNeuchâtel: un café citoyen pour débattre des enjeux sociaux et politiques d’internet

EpidémieCoronavirus: Le jeune Neuchâtelois n’a pas développé de symptômesCoronavirus: Le jeune Neuchâtelois n’a pas développé de symptômes

NeuchâtelNeuchâtel: la Case à chocs a frôlé la catastropheNeuchâtel: la Case à chocs a frôlé la catastrophe

La Case à chocs a frôlé la catastrophe

Des dizaines de jeunes d’à peine 16 ans ont été pris dans un mouvement de foule, samedi 15 février à la Case à chocs, à...

  18.02.2020 05:30
Premium

Top