26.02.2020, 18:38

De nouvelles lames de microscope développées à Neuchâtel

chargement
Plusieurs applications sont ciblées avec ce nouveau type de lame pour la microscopie à fluorescence, comme l’identification précoce de certains types de cancers, par exemple.

Optique Des chercheurs de l’antenne neuchâteloise de l’EPFL ont développé un nouveau type de lame pour la microscopie à fluorescence. Plusieurs applications sont ciblées, comme l’identification précoce de certains types de cancers.

A l’EPFL, des chercheurs de l’Institut de microtechnique à Neuchâtel ont développé un nouveau type de lame pour la microscopie à fluorescence. Elles permettent d’augmenter jusqu’à 25 fois la quantité de lumière obtenue par rapport aux lames classiques. Plusieurs applications sont ciblées, comme l’identification précoce de certains types de cancers, par exemple.

Pour les scientifiques, les lames de verre transparentes sur lesquelles on dépose les échantillons pour les observer au microscope font pratiquement partie du patrimoine. Et pour cause, cet élément n’a quasiment pas évolué depuis près de 200 ans. Jusqu’à ce qu’une alternative soit trouvée.

Utile pour le diagnostic de cancers

Les chercheurs ont développé un nouveau type de lame en mille-feuille qui «structure» la lumière et permet d’augmenter jusqu’à 25 fois la sensibilité du microscope, a indiqué ce mercredi la haute école lausannoise dans un communiqué.

Cette technologie est conçue pour la microscopie à fluorescence, largement utilisée, par exemple, pour le diagnostic de cancers, de maladies auto-immunes, d’allergie ou encore le séquençage ADN. Grâce à ses capacités optiques, la lame permet de détecter de très faibles quantités de lumière.

Dans une situation idéale, nous pourrions repérer la présence d’une seule molécule sur une de nos lames.
Nicolas Descharmes, chercheur auprès de l’EPFL 

Déjà utilisées avec succès

Un atout pour poser des diagnostics précoces, identifier des sous-types de cancer plus rapidement, ou effectuer de l’archivage d’échantillons de pathologie à grande vitesse. «Dans une situation idéale, nous pourrions repérer la présence d’une seule molécule sur une de nos lames, là où il en faudrait 25 sur une lame standard», illustre le chercheur Nicolas Descharmes, cité dans le communiqué.

La technologie a été brevetée, et les lames ont déjà été utilisées avec succès par des scientifiques de différents domaines. Elles sont également sur le point d’être testées par plusieurs entreprises.

Les chercheurs travaillent actuellement à l’industrialisation de la production de ces lames avec le Centre suisse d’électronique et de microtechnique à Neuchâtel. Ils envisagent la création d’une start-up dans les prochains mois.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Eco-explorationLe CSEM installe les cellules solaires sur les ailes de l’avion expérimental SolarStratosLe CSEM installe les cellules solaires sur les ailes de l’avion expérimental SolarStratos

Du soleil dans les ailes de SolarStatos

Le CSEM a reçu la première des deux ailes de SolarStratos. Place à la délicate phase d’encapsulage des cellules...

  25.02.2020 18:47
Premium

InnovationEPFL Valais et Neuchâtel: capter le CO2 des camions et le transformer en carburant, c’est possibleEPFL Valais et Neuchâtel: capter le CO2 des camions et le transformer en carburant, c’est possible

RechercheNeuchâtel: Les nouveaux mécanos du cœur de l'EPFLNeuchâtel: Les nouveaux mécanos du cœur de l'EPFL

Top