23.02.2020, 15:31

Dans les villages, le CAP du Landeron poursuit son renouveau

chargement
Une console avait été amenée par les animateurs du CAP, dans la salle de gymnastique de Cressier.

Jeunesse Ce samedi, le Centre d’animation socioculturelle jeunesse du Landeron a investi la salle de gymnastique de Cressier. Avec le programme «Le CAP dans ton village», le centre, menacé de fermeture il y a deux ans, poursuit son renouveau.

Manettes en main, deux jeunes s’affrontent sur Fifa, quelques minutes après avoir joué avec un vrai ballon et des vrais buts. Ce samedi 22 février, une douzaine d’adolescents ont investi la salle de gymnastique de Cressier, à l’invitation du CAP, le centre d’animation socioculturelle jeunesse du Landeron.

«Avec le beau temps et les vacances, nous n’avons pas beaucoup de monde ce samedi. Mais la semaine passée, à Lignières, nous avons eu 40 jeunes», remarque d’emblée Sébastien Fornerod, l’un des deux animateurs socioculturels du CAP. «C’est notre premier essai à Cressier, mais c’est sûr que nous reviendrons. Dans le domaine de l’animation jeunesse, il faut toujours persévérer.» 

En danger il y a peu

Avec l’action «Le CAP dans ton village», le centre d’animation poursuit son renouveau. Il y a deux ans, la structure a bien failli disparaître, lorsque les quatre communes qui le financent – Cornaux, Cressier, Le Landeron et Lignières – ont revu la convention les liant. Le centre, situé près de la plage du Landeron, a même fermé une année, avant de rouvrir juste avant Noël 2018. Pour ce faire, deux nouveaux animateurs, Sébastien Fornerod et Noémie Vuillemin, ont été engagés.

«Nous avons commencé en rouvrant l’accueil ado, qui reste le pilier du CAP», précise l’animateur social. S’adressant aux jeunes dès la 8e Harmos (11-12 ans) et jusqu’à leur majorité, le CAP accueille chaque mercredi et vendredi après-midi entre 40 et 60 jeunes au Landeron, avec des pics de fréquentation de près de 80 jeunes. «Ça a grandi très vite. Nous étions convaincus qu’il y avait toujours un besoin et cela s’est confirmé.»

«Mais pour nous, il était important de créer aussi des actions de proximité, pour ne pas passer à côté d’une partie de la jeunesse de nos villages. Le comité de direction avait la volonté d’élaborer un programme hors murs avant même la réouverture.» 

Une douzaine de jeunes ont investi la salle de Cressier samedi. (Photo Muriel Antille)

«Un lieu à eux»

Depuis le mois de mai dernier, les deux responsables ont fréquenté parcs et cours d’école, afin d’aller à la rencontre des jeunes et d’identifier leurs besoins, tout en étant encadrés par leurs collègues du Centre de loisirs de Neuchâtel. «Ce que les jeunes cherchent vraiment, c’est un lieu à eux, hors du cadre scolaire et familial. On a ces demandes à Lignières surtout, où les jeunes sont un peu plus isolés. Ceux de Cressier et de Cornaux sont plus mobiles, aussi vers la ville de Neuchâtel», remarque Sébastien Fornerod. 

Lui et sa collègue ont ainsi décidé de lancer cette action «Le CAP dans ton village» et entendent se rendre dans les trois communes deux samedis par mois. «Nous sommes déjà allés deux fois à Lignières et nous avons organisé un tournoi de Fifa à Cornaux, une demande des jeunes.»

A côté d’autres actions avec l’école régionale – les animateurs vont manger avec les enfants les jeudis au Centre des Deux-Thielles -, les animateurs entendent aujourd’hui continuer de développer les autres facettes de leur travail social, tel que le soutien aux projets des jeunes et l’aide à ceux en difficulté. «Nous n’avons pas eu de cas d’enfant vraiment en rupture. Nous avons une jeunesse qui va plutôt bien», conclut Sébastien Fornerod.

Sébastien Fornerod affronte à la console l’un des jeunes venus samedi à la salle de gymnastique de Cressier (photo Muriel Antille).

Ils veulent rénover le skatepark 

Avec l’aide du CAP, huit jeunes veulent rénover le skatepark du Landeron. «Nous avons beaucoup entendu que le skatepark ne répondait plus aux besoins des jeunes. Nous leur avons proposé de faire une séance pour en parler et 15 jeunes sont venus. Les plus âgés ont décidé de s’investir», explique Sébastien Fornerod, animateur socioculturel pour le CAP. Ces jeunes, âgés de 16 à 19 ans, ont d’ores et déjà créé une association pour promouvoir les sports de glisse urbains. Ils doivent prochainement rencontrer les autorités communales, propriétaire du skatepark.
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

JeunesseLe CAP sort du Landeron et se déplace dans les villages voisins pour organiser des activitésLe CAP sort du Landeron et se déplace dans les villages voisins pour organiser des activités

Le LanderonLe CAP, au Landeron, est en sursis. Des jeunes construisent sa pérennitéLe CAP, au Landeron, est en sursis. Des jeunes construisent sa pérennité

Top