10.11.2017, 17:00

Coup de jeune à la cabane Perrenoud

Abonnés
chargement
La cabane Perrenoud, qui a retrouvé la neige ce jeudi matin, garderait son aspect actuel vue de face, l’agrandissement projeté étant situé à l’arrière de la bâtisse.

 10.11.2017, 17:00 Coup de jeune à la cabane Perrenoud

Creux-du-Van La section neuchâteloise du Club alpin suisse lance une souscription pour la rénovation et l'agrandissement de sa cabane des hauts de Montalchez, bientôt centenaire.

Quel centenaire ne rêverait pas d’une seconde jeunesse? C’est en tout cas le joli cadeau que souhaite faire la section neuchâteloise du Club alpin suisse (CAS) à la cabane Perrenoud, située sur les hauteurs de Montalchez, à un jet de pierre du Creux-du-Van.

En discussion depuis bientôt deux ans, le projet du club prévoit la rénovation de la...

Quel centenaire ne rêverait pas d’une seconde jeunesse? C’est en tout cas le joli cadeau que souhaite faire la section neuchâteloise du Club alpin suisse (CAS) à la cabane Perrenoud, située sur les hauteurs de Montalchez, à un jet de pierre du Creux-du-Van.

En discussion depuis bientôt deux ans, le projet du club prévoit la rénovation de la bâtisse construite en 1921, mais aussi son agrandissement. Une rallonge à l’arrière de la cabane doit permettre d’augmenter le nombre de lits, aujourd’hui limité à 22 dans un seul dortoir, ainsi que la construction de sanitaires au goût du jour.

Fini le broc!

Si les toilettes devraient perdre leur broc, «on garderait l’esprit cabane, rudimentaire, simple. Ce ne sera pas un restaurant de montagne», tient à rassurer le préposé à la cabane Dominique Gouzi, à l’attention des amoureux du lieu. Les fenêtres seraient changées, le balcon sécurisé, le chauffage revu tandis que l’installation électrique sera renforcée. Elle ne permet aujourd’hui que l’éclairage, les utilisateurs doivent par exemple avoir recours à une génératrice pour passer l’aspirateur.

Grâce à ces travaux, la cabane pourrait diversifier ses utilisations. Gardiennée presque tous les week-ends été comme hiver – elle est située sur les pistes de ski de fond –, elle enregistre environ 700 nuitées chaque année, pour quelque 1000 à 1200 visiteurs. La création d’un second dortoir rendrait plus facile l’accueil de classes d’école, en proposant ce second dortoir pour les accompagnants et les gardiens.

La présence d’équipements comme un rétroprojecteur autoriserait la tenue de formations. «Le site se prêterait bien à des cours pour la détection de victime d’avalanche», propose Dominique Gouzi.

Des dons à trouver

Pour tous ces travaux, ce sont quelque 680'000 francs qui sont recherchés par la section du CAS. Une commission de financement, active depuis le début de l’année, est chargée de réunir cette somme. «La section peut déjà mettre 144'000 francs», note Monique Bise, membre de ladite commission. Quelque 100'000 francs de dons sont espérés de la part des 2000 membres de la section. Le reste sera à trouver auprès d’autres donateurs et entreprises.

En parallèle, le CAS va prochainement nommer une commission de rénovation. Le chantier devrait être mené entre 2019 et 2020, estiment les deux membres de la section neuchâteloise. Avec un but ultime: fêter le centenaire de la cabane avec un grand coup de neuf. 

Une donatrice un peu oubliée

Un don de 10'000 francs, une souscription et quelques dons. C’est un budget total de 35'000 francs qui a permis la construction de la cabane Perrenoud en 1921. Elle a été inaugurée le 25 septembre, en présence de 150 membres du club d’alors. Sa construction sur les hauteurs de Montalchez permettait d’accéder à un terrain de choix pour les skieurs, à deux doigts du site emblématique du Creux-du-Van.

Son nom, la cabane le doit à sa principale donatrice, Laure-Marie Louisa Perrenoud. On ne sait aujourd’hui plus grand-chose de cette dame, originaire de la vallée des Ponts, née en 1865 et décédée vieille fille en 1919. «On ne sait surtout pas pourquoi elle a donné cet argent pour un club qui n’accueillait alors que des hommes», remarque Monique Bise.

Depuis 1921, la cabane a connu deux chantiers importants. Le premier, en 1986, a touché au chauffage de la bâtisse, tandis qu’une dépense de 154'000 francs avait permis de refaire la fosse septique, il y a un peu plus de 20 ans. Quelques autres aménagements ont été consentis avec le temps, comme la pose de panneaux solaires.

Aujourd’hui, la construction est l’une des cinq cabanes que possède la section neuchâteloise du Club alpin suisse. Les autres sont situées à Chaumont (les Alises) et à Tête-de-Ran (la Menée), et en Valais, puisque la section s’occupe des cabanes Bertol et Saleinaz. 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top