27.10.2016, 16:26

Boudry: un septuagénaire condamné à 10 prison pour le meurtre de sa femme

chargement
Le prévenu, qui n'a pas retenu des larmes en entrant dans la salle d'audience, "ne s'explique pas" son acte.

Justice Drame conjugal devant le tribunal criminel ce jeudi à Neuchâtel. Un homme d'une septantaine d'années a été condamné à 10 ans de prison pour le meurtre de son épouse, survenu en septembre 2015 à Boudry au domicile de son amant.

Il avait tué son épouse d'un coup de feu au domicile de son amant en septembre 2015. Un Neuchâtelois de 72 ans était jugé pour meurtre ce jeudi par le tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers. Il a été condamné à 10 ans de prison. Le tribunal a suivi la version du Ministère publique et a retenu les préventions de meurtre et de menaces de mort dans son jugement.

La thèse du meurtre passionnel a été écartée à la suite de l'expertise psychiatrique révélant que le septuagénaire avait une excellente maîtrise de ses sentiments. Il est également ressorti que le meurtrier savait parfaitement tirer. 

Le condamné, qui n'a pas retenu des larmes en entrant dans la salle d'audience, "ne s'explique pas" son acte. Soupçonnant une relation adultère comme deux ans plus tôt - sa femme lui avait avoué avoir un amant, mais lui certifiant que c'était terminé -, il avait posé une balise GPS sur la voiture de sa femme - de 20 ans sa cadette -, et avait eu confirmation de ses doutes en la voyant rejoindre le domicile de son ancien amant.

Pas de souvenir du tir

Sur place, à la fenêtre de l'appartement de l'amant au rez-de-chaussée, il avait abattu son épouse après une brève discussion et le refus de celle-ci de rentrer à la maison. S'il ne se souvient pas du tir et dit avoir rapidement appelé la police, l'amant de son épouse donne une version différente. Selon lui, le prévenu a d'abord tenté de se retourner contre lui, sans succès, le rebord de la fenêtre étant trop haut, avant appeler les secours. Le prévenu s'était rendu sans résistance.

La version de l'amant est celle retenue par le ministère public, le procureur Nicolas Feuz remarquant notamment que le revolver - un 38 spécial - avait été réarmé lorsque la police l'a séquestré. 

"Profond désarroi"

L'avocat du prévenu a mis en exergue le profond désarroi de son client cette fameuse soirée de septembre. Via les témoignages de proches au dossier, il a relevé "le comportement blessant de son épouse, qu'il aimait éperdument". Une amie de celle-ci a ainsi indiqué qu'elle ne restait avec lui que "par confort" et qu'elle "attendait qu'il claque". L'avocat a soutenu la thèse du meurtre passionnel et a conclu à une peine n'excédant pas 4 ans de prison.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CinémaNeuchâtel: clap de fin pour l'édition entièrement en ligne du NIFFFNeuchâtel: clap de fin pour l'édition entièrement en ligne du NIFFF

évasionLa Grande Cariçaie, le sud sauvage du lac de NeuchâtelLa Grande Cariçaie, le sud sauvage du lac de Neuchâtel

FantastiqueAvec «Suspiria», les sorcières prennent le pouvoirAvec «Suspiria», les sorcières prennent le pouvoir

TerroirLa 30e édition des caves ouvertes neuchâteloises finalement reportée à 2021La 30e édition des caves ouvertes neuchâteloises finalement reportée à 2021

JusticeBoudry: condamné pour avoir montré son sexeBoudry: condamné pour avoir montré son sexe

Top