20.01.2020, 16:33
Lecture: 4min

Une entreprise locloise veut davantage de parité pour les personnes LGBTI

Premium
chargement
Christophe Jacot (à gauche), patron d'Admo plastique, et Raphaël Hatem, ambassadeur romand du label LGBTI.

Egalité Admo plastique souhaite obtenir un label suisse permettant aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes de se sentir acceptées sur leur lieu de travail.

«J’ai engagé un stagiaire qui venait de faire une tentative de suicide car il n’assumait pas son homosexualité. Je voulais lui donner une chance. Il s’était fait traiter de pédé par ses anciens collègues.» Christophe Jacot veut que ce genre de comportements cesse. Copropriétaire d’Admo plastique, une PME spécialisée dans l’injection plastique, il a entrepris les démarches afin d’obtenir le label LGBTI Suisse.

Le but? Permettre aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes de se sentir...

À lire aussi...

SociétéUn collectif neuchâtelois pour aider les réfugiés LGBTI+Un collectif neuchâtelois pour aider les réfugiés LGBTI+

SociétéL’Eglise réformée neuchâteloise devra se prononcer sur le mariage homosexuelL’Eglise réformée neuchâteloise devra se prononcer sur le mariage homosexuel

SociétéDes femmes homosexuelles demandent plus de visibilité et d'égalité dans les rues de LausanneDes femmes homosexuelles demandent plus de visibilité et d'égalité dans les rues de Lausanne

inégalitésLes homosexuels n'ont pas tous les mêmes droits au sein de l'Union européenne et en SuisseLes homosexuels n'ont pas tous les mêmes droits au sein de l'Union européenne et en Suisse

Top