Un mari supposé violent échappe à la condamnation faute de preuves suffisantes

chargement

Justice Face à deux versions contradictoires, le tribunal n’a pas pu se convaincre de la culpabilité d’un quinquagénaire accusé de violences psychologiques à l’égard de son épouse. Il a tout de même été condamné pour désobéissance à la police, possession d’armes illégale et consommation de cocaïne.

 24.09.2021, 19:26
Premium
Selon la plaignante, son mari l'aurait à plusieurs reprises obligée à dormir dans la cage d'escaliers et empêchée de se doucher (image d'illustration).

Entendu par la justice le 3 septembre dernier, Manuel* a nié tout fait de violences psychologique et physique à l’égard de son épouse Linda*. Celle-ci accusait notamment le Chaux-de-Fonnier d’origine portugaise de l’avoir empêchée à plusieurs reprises de se doucher et contrainte à dormir dans la cage d’escalier.

Or, l’unique prévention admise par le quinquagénaire, désormais séparé de sa femme, a été sa consommation de cocaïne.

A lire aussi: Un Neuchâtelois accusé de violences psychologiques nie en bloc: «Je ne l’ai jamais touchée»

À lire aussi...

HarcèlementParlements: violences psychologiques contre 85% de femmes en EuropeParlements: violences psychologiques contre 85% de femmes en Europe

En chiffresCriminalité: moins de cambriolages, mais plus de violences domestiques en Suisse en 2020Criminalité: moins de cambriolages, mais plus de violences domestiques en Suisse en 2020

Réseaux sociauxUn Neuchâtelois produit une vidéo de sensibilisation aux violences domestiquesUn Neuchâtelois produit une vidéo de sensibilisation aux violences domestiques

PolitiqueNeuchâtel veut davantage lutter contre les violences domestiquesNeuchâtel veut davantage lutter contre les violences domestiques

Top