03.08.2015, 08:56

Souvenirs d'un combat pour l'égalité

chargement

A l'invitation de la section locale du Collectif du 14 juin, plusieurs dizaines de femmes ont appuyé, hier à La Chaux-de-Fonds, la revendication «un salaire égal à un travail égal», portée au niveau national.

A 14h06 exactement, un étourdissant concert de sifflets a retenti sur la place Espacité. Parmi les siffleuses, Suzanne Loup. Cette enseignante retraitée aujourd'hui parfaitement anonyme a eu son heure de notoriété nationale il y a un peu plus d'une trentaine d'années.

C'est grâce à elle que, le 12 octobre 1977, le Tribunal fédéral (TF) a déclaré inconstitutionnelle la disposition neuchâteloise octroyant un salaire plus bas aux institutrices qu'aux instituteurs.

L'étonnant, aujourd'hui, c'est de rappeler, souligne celle qui milite toujours pour la cause des femmes, qu'à l'époque le canton de Neuchâtel était le seul à pratiquer une telle discrimination et qu'il ait fallu aller au TF pour faire reconnaître l'évidence. Et qu'il ait fallu aussi aller à contre-courant du comité du syndicat de l'époque (la VPOD) qui trouvait justifiée la position du canton...

L'arrêt Loup a imposé une modification immédiate de la grille salariale des enseignants du degré inférieur dans le canton, chose déjà acquise aux degrés secondaire et supérieur.

Le démarrage de l'histoire vaut d'être conté. «Tout est parti», se souvient-elle, «d'une enseignante de 3e année primaire de Fleurier. Moins payée qu'un collègue masculin qui, en outre, travaillait moins puisqu'il ne donnait pas les travaux à l'aiguille, elle avait parlé de son cas lors d'un congrès tenu à Berne en 1975 à l'occasion de la Journée internationale des femmes.» Son histoire a attiré l'attention de deux avocates présentes, Jacqueline Berenstein Wavre et une certaine... Christiane Brunner. Pour faire reconnaître juridiquement l'inégalité, il fallait trouver une institutrice prête à recourir contre son salaire au moment de sa nomination. Ce fut Suzanne Loup.

Aujourd'hui, la militante continue de s'engager «car il y a encore tellement à faire.»

En fin d'après-midi, un défilé a emmené une petite centaine de protestataires jusqu'à la très opportune place du 14-Juin, où le Conseil communal servait un apéro.

Au Locle, quelques militantes se sont rassemblées devant la fontaine de la place de l'Hôtel-de-Ville. La déesse des eaux avait été revêtue de fuchsia pour l'occasion. Quelques employées de la fonction publique ont débrayé «en solidarité avec les nombreuses travailleuses qui ne perçoivent pas un salaire égal à celui des hommes», selon les termes d'un communiqué. / lby


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CommercesLa Chaux-de-Fonds: neuf emplacements mis à disposition des marchandsLa Chaux-de-Fonds: neuf emplacements mis à disposition des marchands

InterdictionCoronavirus: terrains de football fermés à La Chaux-de-FondsCoronavirus: terrains de football fermés à La Chaux-de-Fonds

EconomieBlanchâtel ferme définitivement à La Chaux-de-Fonds, 33 personnes sans emploiBlanchâtel ferme définitivement à La Chaux-de-Fonds, 33 personnes sans emploi

Culture à domicileDu rap à décrypter, premier clip de trois NeuchâteloisDu rap à décrypter, premier clip de trois Neuchâtelois

Du rap à décrypter

Tout jeune groupe de rap neuchâtelois, la Crypte se lance sur la scène musicale avec un premier clip.

  02.04.2020 14:03  Coronavirus

SociétéLe restaurant chaux-de-fonnier Ekir pourra rouvrirLe restaurant chaux-de-fonnier Ekir pourra rouvrir

Top