Ovation inaugurale à la ''Maison Wenger'' pour le repreneur Jérémy Desbraux

chargement

Gastronomie Le repas d'ouverture de la nouvelle "Maison Wenger" avec le second de Crissier Jérémy Desbraux a comblé les papilles d'une cinquantaine d'hôtes jeudi dernier 24 janvier.

  29.01.2019, 17:48
Le personnel de la ''Maison Wenger'', dorénavant gérée par Jérémy Desbraux et Anaëlle Roze (au centre).

«C’est sans doute l’ouverture de restaurant la plus attendue de l’année», n’hésite pas à écrire dans sa newsletter le responsable romand du Gault & Millau Knut Schwander. Jeudi dernier, le nouveau patron de ce qui est devenu la ‘’Maison Wenger’’, Jérémy Desbraux, passait ‘’l’examen’’ de son premier service. Exercice de haute voltige gastronomique réussi, semble-t-il.

Le chroniqueur de Gault & Millau écrit en tout cas que les cinquante convives sont ressortis «ébahis». Le jeune chef, qui a quitté sa place de second à L’Hôtel de Ville de Crissier (où se sont succédés Frédy Girardet, Philippe Rochat et aujourd’hui Franck Giovannini) pour monter au Noirmont reprendre un fleuron, a convaincu. Un patron de grande société horlogère aurait même lancé: «Le 19/20 s’impose d’emblée, non?» Un point de plus que le 18/20 de Georges Wenger.

Knut Schwander exprime, lui, une retenue toute professionnelle. «On ne peut pas juger une table sur un repas inaugural, mais je peux dire que ce moment festif était magnifique et que ce jeune couple a tout en main pour bien faire». Jeune couple parce que Jérémy Desbraux (32 ans) travaille en tandem avec sa partenaire Anaëlle Roze (31 ans), passée de la cuisine au service.

Un 19/20 sans doute excessif

Jérémy Desbraux reconnaît que le commentaire élogieux de l’horloger fait plaisir, mais le juge tout de même «sans doute un peu excessif». Il sait qu’il a encore des «réglages» à faire. Dans son article, Knut Schwander avait pointé un ou deux plats un peu tièdes, comme le filet de sole. «Oui, c’est vrai, j’ai été un peu surpris par les températures jurassiennes, il faudra que je réduise la ventilation», sourit l’intéressé.

Sinon, les papilles de Knut Schwander ont visiblement frémi. Par exemple avec le velouté de laitue tiède (mais là c’était adapté) aux coquillages, le premier plat-signature du menu qui a «laissé l’assistance sans voix», le filet de bœuf des Franches-Montagnes très bien dressé et le final avec un craquant de poire Williams à la vanille et l’amande amère de Martinique.

Le chroniqueur, ou un de ses collègues, ira noter pour de bon la nouvelle ‘’Maison Wenger’’, sans doute d’ici l’été, en vue du nouveau guide à paraître en automne.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéL’hôpital des Montagnes neuchâteloises prend de la hauteurL’hôpital des Montagnes neuchâteloises prend de la hauteur

DéneigementLa Chaux-de-Fonds: un hiver pas si exceptionnel que çaLa Chaux-de-Fonds: un hiver pas si exceptionnel que ça

SantéRHNE: les urgences seront bientôt renforcées à La Chaux-de-FondsRHNE: les urgences seront bientôt renforcées à La Chaux-de-Fonds

Peinture«Rhizome», l’exposition onirique de Tenko à Quartier général«Rhizome», l’exposition onirique de Tenko à Quartier général

Tenko, des rhizomes et des rêves

Le Centre d’art contemporain chaux-de-fonnier Quartier général a donné carte blanche à l’artiste loclois Tenko. Son...

  20.04.2021 11:00
Premium

AccidentLa Chaux-de-Fonds: sa voiture se met en marche toute seule et le blesse grièvementLa Chaux-de-Fonds: sa voiture se met en marche toute seule et le blesse grièvement

Top