02.08.2015, 19:45

Noces de diamant des époux Monney

chargement

Leurs regards se sont croisés à l'inauguration du bal de chez Metille, restaurateur au Col-des-Roches, en 1948. Et ils ne se sont plus jamais quittés depuis. «On s'est vus au bal le samedi, et le mardi, il m'invitait au cinéma du Lux!», se souvient Marcelle-Andrée Monney, née Hübscher.

Son époux Ami travaillait à la fonderie Zenith au Col-des-Roches. Né à Lausanne en 1922, il a passé son enfance et son adolescence dans le Jura français, ses parents ayant migré pour trouver du travail. «Je suis rentré en Suisse à 17 ans, chassé de France par les Allemands qui m'avaient donné 48 heures pour partir. Comme j'étais Suisse, ils ne m'avaient pas embarqué. Mais tous mes copains de Saint-Claude ont leur nom sur le monument aux morts», confie-t-il, ému. «Alors je suis rentré en Suisse, un pays que je ne connaissais pas.»

Après avoir travaillé dans les mines du Jordil, à Saint-Martin (FR), Ami arrive au Locle en 1940, où il est surnommé «Le Français», allusion à ses années passées «de l'autre côté». «J'ai bien pensé à y retourner...», confie-t-il. «Mais il se plaisait avec moi!», explique Marcelle-Andrée, Locloise de naissance et de cœur. «Moi, c'était Le Locle, mon port d'attache.» Marié le 26 janvier 1951, le couple y a toujours vécu. Après Zenith, Ami reste employé 38 ans aux Assortiments réunis, usine de mécanique où son épouse s'occupe de la conciergerie.

A l'époque, on travaillait 48 heures par semaine, du lundi matin au samedi midi. «J'ai arrêté à 70 ans, car ils avaient encore besoin de moi! En 38 ans, je n'ai jamais manqué un jour de travail», assure Ami. «Quand il n'était pas bien, je lui faisais un thermos de camomille», précise Marcelle-Andrée. Grand passionné de vélo, Ami n'hésitait pas à enfourcher sa bicyclette jusqu'à Fribourg le week-end. Marcelle-Andrée l'accompagne souvent. «C'était notre sport favori, on a fait beaucoup de balades. Mais pas au bord du Doubs. On n'a jamais aimé. On trouve ça lugubre.»

Si aujourd'hui, Ami se lève toujours à 6h30 pour aller faire les commissions, les derniers mois ont été difficiles pour les époux, bien atteints dans leur Santé. Vaille que vaille, ils veillent l'un sur l'autre avec une grande tendresse. Le secret de 60 ans de vie commune: «C'est l'amour! On a toujours aimé les mêmes choses, les mêmes programmes à la télévision, le folklore sur les chaînes allemandes. On est restés ensemble 60 ans parce qu'on s'aime.» /syb

Noces de diamant des époux Monney


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Les BrenetsLe bâtiment qui a brûlé aux Brenets appartenait à une société qui avait déposé le bilanLe bâtiment qui a brûlé aux Brenets appartenait à une société qui avait déposé le bilan

PolitiqueLa Chaux-de-Fonds: une commission consultative pour oublier l’affaire du «troll»?La Chaux-de-Fonds: une commission consultative pour oublier l’affaire du «troll»?

NominationUn ancien chef de service de l'Etat à la tête des affaires juridiques de La Chaux-de-FondsUn ancien chef de service de l'Etat à la tête des affaires juridiques de La Chaux-de-Fonds

SécuritéLes ultras du HC Ajoie boycottent le match aux MélèzesLes ultras du HC Ajoie boycottent le match aux Mélèzes

CritiqueLa Chaux-de-Fonds: moralité mise à mal au Zap théâtreLa Chaux-de-Fonds: moralité mise à mal au Zap théâtre

Top