La Chaux-de-Fonds: elle finit par avorter après un malentendu avec un médecin

chargement

Médecine Sans rien comprendre, une jeune femme étrangère, installée depuis peu à La Chaux-de-Fonds, a pris un médicament pour la peau qui interdit toute grossesse en croyant que c’était un contraceptif. Elle est tombée enceinte et a dû avorter.

 04.01.2019, 17:24
Premium
En consultation, la jeune Thaïlandais a compris tout à l'envers, et rien à la décharge qu'elle signait.

«J’avais tout préparé pour l’arrivée de ma fiancée, l’inscription à l’AVS, à l’assurance-maladie et même à la Rega. Il ne me restait plus qu’à trouver un médecin de famille. J’ai contacté la permanence Volta, parce qu’on m’avait dit qu’on y prenait encore de nouveaux patients.»

En octobre dernier, Thierry* accueillait à La Chaux-de-Fonds sa fiancée Areva*, une jeune étudiante thaïlandaise en business...

À lire aussi...

SantéUne Neuchâteloise perd son bébé en cours de grossesse, son assurance ne paie pas entièrementUne Neuchâteloise perd son bébé en cours de grossesse, son assurance ne paie pas entièrement

Assurances maladieRemboursement de l'avortement médical: des élues se mobilisent après le témoignage d'une NeuchâteloiseRemboursement de l'avortement médical: des élues se mobilisent après le témoignage d'une Neuchâteloise

AlerteSanté: les droits à la contraception et à l'avortement régressent en EuropeSanté: les droits à la contraception et à l'avortement régressent en Europe

Top