19.09.2018, 19:26

Le Chaux-de-Fonnier qui rêve de transformer les autoroutes en centrales solaires

chargement
Vue de synthèse du projet Swiss EnergyPier: vallée du Rhône à la hauteur de Fully

Laurent Jospin, militant de l'énergie verte, veut couvrir une autoroute de panneaux photovoltaïques. Objectif: prouver que les voies de communication peuvent fournir l'espace nécessaire pour produire une énergie renouvelable et bon marché.

Le solaire, c’est son obsession. L’ingénieur chaux-de-fonnier Laurent Jospin, militant de longue date des énergies renouvelables, veut transformer les autoroutes en centrales électriques solaires et éoliennes. Le paradoxe l’amuse:faire de la route, principale responsable de la pollution atmosphérique, une solution pour se fournir en énergie propre.

Le projet qu’il mêne avec la société Servipier dont il est le directeur vient de recevoir un premier feu vert de l’ Office fédéral des routes. Une convention lui permet d’entamer les procédures pour couvrir un secteur d’un kilometre et demi de  l’autoroute A9, à Fully (Valais). 
Au téléphone, il prévient:«On peut en parler des heures, arrêtez-moi si je suis trop long». Si l’idée l’électrise, c’est qu’elle présente, à ses yeux, de nombreux avantages. Couvrir l’autoroute de cellules photovoltaïques, ce n’est pas seulement produire de l’énergie solaire. C’est aussi protéger la chaussée de la chaleur, qui provoque de gros dégâts en été, et de la neige, qui exige déblaiement et salage.

Effet secondaire: un courant d’air est créé par l’installation. Pas question de le gaspiller pour Laurent Jospin:«La structure supportant les panneaux peut accueillir de petites éoliennes». Des turbines qui se satisfont d’un courant faible et irrégulier, assure l’ingénieur. 

Intérêt à l’étranger

Enfin, pour ne rien perdre, il est prévu de récupérer les eaux de pluie. L’installation pourrait fournir l’équivalent de la consommation d’électricité de 20 000 personnes.

Le spécialiste de l’énergie ne doute pas que le projet de Fully prouvera l’intérêt de sa proposition, y compris pour d’autres pays:«Au Portugal, l’essentiel des précipitations se concentrent sur une courte période de l’année. «Il est évident que récupérer l’eau de pluie et la stocker à proximité des autoroutes et des champs présente un intérêt majeur en plus de la production d’énergie».

Pour Laurent Jospin, pour que les énergies vertes s’imposent, il faut les rendre compétitives avec les énergies fossiles. Sa conviction, c’est que les projets comme le sien, qui combinent plusieurs aspects, permettront d’y arriver.

Evoqué dans nos colonnes en 2016, le projet aura longuement mûri. Prochaines étapes:obtenir la confirmation des investisseurs intéressés, et décrocher le permis de construire. Interrogées sur ce point par le quotidien «Le Nouvelliste», les autorités valaisannes ont témoigné d’un intérêt prudent. «L’impact sur le paysage (...) et les nuisances sonores devront être étudiés. Nous procéderons à une pesée d’intérêts», indique  Edouard Fellay, président de Fully.


À lire aussi...

LA CHAUX-DE-FONDSDes énergies renouvelables avant la protection des toitsDes énergies renouvelables avant la protection des toits

Top