03.08.2015, 08:57

«La H20 est une absolue nécessité»

chargement
Par SYLVIE BALMER

«Notre ligne est claire: le projet d'évitement routier de la H20, comme le Transrun, doivent être réalisés. Tous deux sont essentiels pour notre canton et notre ville.»

Les élus loclois ont souhaité réaffirmer hier la position de la Ville après qu'une étudiante de l'Institut des hautes études en administration publique (Idheap), à Lausanne, ait conclu dans son travail de mémoire que les deux projets n'étaient pas complémentaires, mais concurrents (notre édition du 11 juin).

«Un travail orienté», a estimé le président de la Ville du Locle, Denis de la Reussille, regrettant «l'utilisation partisane du rapport par l'Association transports et Environnement (ATE)», qui avait déjà fait opposition au projet routier.

«Il est énervant de voir que certains protagonistes et associations ne cessent de vouloir créer des fronts entre les deux projets. On nous demande de choisir. Or, nous sommes convaincus que les deux projets sont nécessaires. L'ATE est incapable de citer une agglomération où tous les problèmes de mobilité ont pu être résolus avec un seul moyen. Cette réalité-là nous pousse à défendre la complémentarité.»

A ceux, qui comme Marie-Claire Pétremand, membre du comité neuchâtelois de l'ATE, craignent qu'une trop belle route ne sape l'attrait du Transrun, les autorités locloises rappellent que d'importants efforts ont été et sont toujours menés pour encourager les automobilistes à descendre de leur véhicule: navettes interentreprises entre Morteau et le Col-des-Roches, plans de mobilité pour favoriser l'utilisation des transports publics, le covoiturage, etc. Une publication rappelant ces diverses options sera distribuée à tous les pendulaires, via les entreprises, le groupe transfrontalier, ou directement aux automobilistes, avant l'été.

Population mécontente

Dans les faits, «neuf voitures sur dix ne contiennent qu'un seul passager…», a rappelé Denis de la Reussille. «Et les derniers comptages montrent une évolution extrêmement problématique du trafic. Sur certains secteurs périphériques, il a doublé depuis deux ans», a-t-il expliqué, citant «les secteurs des Monts et des Grands-Monts où on est passé de 900 véhicules en 2009 à 1560 aujourd'hui ou celui de la Combe-Sandoz où on est passé de 1200 à 2800 véhicules par jour. On sent le mécontentement de la population».

Mais il est fort difficile de faire entendre raison à «un automobiliste qui peut se montrer fort créatif lorsqu'il est décidé à gagner 30 secondes», constate le conseiller communal Charles Häsler. D'où le peu de succès des options précitées: rail, covoiturage, navettes, etc.

Mesures coercitives

«Les deux experts qui ont été contactés ne connaissent pas le détail de la réalité. Pour sortir de la file, les pendulaires sont de plus en plus nombreux à emprunter les chemins de traverse, et on ne peut plus accepter que des tronçons de campagne voient passer 2000 véhicules par jour, pare-chocs contre pare-chocs», a prévenu Denis de la Reussille. «Après les mesures incitatives, selon l'évolution de ces prochains mois, on pourrait passer aux mesures coercitives.»

Les autorités locloises ont d'ores et déjà demandé à la Police neuchâteloise de mettre l'accent sur les contrôles de vitesse, qui ont doublé depuis 2007. «On est aujourd'hui à 100 contrôles annuels, soit deux par semaine, avec l'objectif d'intervenir dans les zones à vitesse limitée. On va maintenir la pression sur les quartiers sensibles», a indiqué le président de la Ville.

«Au vu de cette situation catastrophique, l'évitement du Locle est une absolue nécessité», a martelé d'une même voix l'exécutif. «Des centaines de place de travail vont être créées sur Le Crêt-du-Locle. On ne peut pas imaginer un développement de cette zone sans ce contournement», a-t-il rappelé.

Le bout de quel tunnel?

L'ÉDITO
LÉO BYSAETH


Faisons un saut dans l'avenir. Imaginons l'automobiliste de 2020, 2025. Il a le choix: laisser sa voiture dans un parking d'échange pour prendre le Transrun ou emprunter une magnifique autoroute flambant neuve lui évitant de traverser Le Locle. Que croyez-vous qu'il fera?

Les questions posées par l'Association transport et environnement (ATE) ne nous semblent pas dénuées de pertinence. En se contentant de lancer l'anathème sur une étude, certes orientée, on ne répond pas aux questions. La complémentarité des deux projets est proclamée comme une évidence... qui n'est pourtant pas si évidente.

Pourquoi?

Elle n'est évidente que dans la mesure où nous considérons notre comportement vis-à-vis de la mobilité comme une fatalité. C'est vrai, face au torrent quotidien qu'il affronte, Le Locle n'a pas d'autre solution. Le problème, c'est qu'on n'est pas allé au bout de ce que l'on peut faire pour créer les conditions d'un transfert modal massif: parkings d'échanges obligatoires, création de chicanes dans la traversée des villes, péage urbain, prime aux covoitureurs, par exemple. Mais la population déteste être forcée. Alors, les écolos ont déjà perdu.

D'autant plus que la H20 sera bonne pour l'économie, à défaut de l'être pour le contribuable: Confédération et canton confondus, les deux projets coûteront ensemble près de deux milliards de francs. Une manne bienvenue pour le secteur de la construction.

Pourtant, la H20 pourrait menacer le Transrun d'une manière différente que ne le suggère l'ATE. La Confédération assurera le financement d'une H20 classée route nationale. Mais l'unique tube, déjà saturé du tunnel sous La Vue-des-Alpes, ne fait pas vraiment route nationale. Donc, diront d'aucuns, il faut construire un deuxième tube. Ce serait signer l'arrêt de mort du Transrun, devenu infinançable. La H20 devrait toutefois susciter une adhésion populaire massive. Un pari pas encore gagné pour le Transrun. Et tant pis pour ceux qui pensent que l'on devrait peut-être se battre pour que nos enfants aient d'autres perspectives que «toujours plus de bagnoles».


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SolidaritéEcrivaine chaux-de-fonnière, Dunia Miralles écrit à sa familleEcrivaine chaux-de-fonnière, Dunia Miralles écrit à sa famille

CommercesLa Chaux-de-Fonds: neuf emplacements mis à disposition des marchandsLa Chaux-de-Fonds: neuf emplacements mis à disposition des marchands

InterdictionCoronavirus: terrains de football fermés à La Chaux-de-FondsCoronavirus: terrains de football fermés à La Chaux-de-Fonds

EconomieBlanchâtel ferme définitivement à La Chaux-de-Fonds, 33 personnes sans emploiBlanchâtel ferme définitivement à La Chaux-de-Fonds, 33 personnes sans emploi

Culture à domicileDu rap à décrypter, premier clip de trois NeuchâteloisDu rap à décrypter, premier clip de trois Neuchâtelois

Du rap à décrypter

Tout jeune groupe de rap neuchâtelois, la Crypte se lance sur la scène musicale avec un premier clip.

  02.04.2020 14:03  Coronavirus

Top