La Chaux-de-Fonds: on n’aurait pas dû piquer le casse-croûte du lynx

chargement

FAUNE Découverte dans une forêt chaux-de-fonnière, une carcasse de chamois à peine entamée par un lynx a été emportée par un chasseur à la demande d’un garde-faune. Une erreur d’appréciation, reconnaît l’inspecteur cantonal Christophe Noël.

 12.04.2019, 16:00
La proie du lynx avait à peine été entamée lorsqu’elle a été emportée par un chasseur à la demande d'un garde-faune.

«Il s’agit d’une erreur d’appréciation sur le terrain, car nos consignes sont extrêmement claires: on ne touche pas une proie naturelle d’un grand prédateur avant sa consommation complète.»

Non, piquer le casse-croûte d’un lynx, ça ne se fait pas. Cet aveu de Christophe Noël, inspecteur cantonal de la faune, devrait adoucir la polémique qui enflait ce vendredi sur Facebook. Photographe animalier et ardent défenseur des animaux, Alain Prêtre y dénonçait une intervention d’un garde-faune exerçant dans les Montagnes neuchâteloises, qualifiée de «geste irresponsable».

«Stupide et dommageable»

Mercredi soir, le Chaux-de-Fonnier a photographié un lynx se rendant sur sa proie, un chamois probablement tué la veille dans une forêt proche de la Métropole horlogère. Le lendemain, surprise: la carcasse avait disparu, emportée par un chasseur à la demande d’un garde-faune, alors qu’elle avait à peine été entamée par le félin (photo à l’appui).

«C’est à la fois stupide et dommageable pour le lynx. Epuisé par le rut qui s’achève, affaiblit par l’énergie dépensée pour tuer ce chamois, l’animal se trouve ainsi privé de nourriture. Il devra donc chasser rapidement un nouveau chamois (…), alors qu’il se serait contenté d’un seul individu si le garde-faune ne lui avait pas retiré le pain de la bouche», fulminait Alain Prêtre dans son post Facebook.

Mea culpa

Contacté vendredi, le Service de la faune du canton de Neuchâtel a doublé sa réponse d’un mea culpa. «C’est la première fois que je suis confronté à un cas comme ça», assure Christophe Noël. «Des actes de prédation, nous en constatons beaucoup par année, et en général tout se passe très bien. Quand on sait qu’un lynx peut passer une semaine sur une proie, il est logique de laisser un animal tué à disposition de son prédateur, pour éviter que ce dernier ne prélève un autre individu.»

Il peut y avoir des situations particulières, par exemple si la carcasse est abandonnée dans un champ ou dans un endroit exposé. «Il arrive que nous devions alors la déplacer légèrement», observe l’inspecteur de la faune. «Mais dans ce cas-là, très souvent, c’est le lynx lui-même cherchera à emmener sa proie dans un endroit plus tranquille.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

NATURELes lynx de la forêt du Palatinat vont choper l’accent neuchâteloisLes lynx de la forêt du Palatinat vont choper l’accent neuchâtelois

AnimauxUne mère lynx et ses deux petits filmés en Franche-ComtéUne mère lynx et ses deux petits filmés en Franche-Comté

Trois lynx filmés en Franche-Comté

Un Franc-Comtois a filmé mère lynx et de ses deux petits gambadant dans un champ. Selon un expert, le massif du Jura...

  22.01.2019 19:44

AnimauxUn lynx aperçu aux abords de La Chaux-de-FondsUn lynx aperçu aux abords de La Chaux-de-Fonds

Le grand portraitPatricia Huguenin, la femme qui regarde les lynx dans les yeuxPatricia Huguenin, la femme qui regarde les lynx dans les yeux

Top