La Chaux-de-Fonds: le magazine «Temps présent» face aux questions des lycéens

chargement

Médias L’équipe de «Temps présent» part à la rencontre des gymnasiens de Suisse romande. Première halte, ce mardi à La Chaux-de-Fonds. La tournée «À vous les studios!» vise à saisir la manière de s’informer du jeune public et à le mettre en garde contre les fake news.

  03.10.2019, 08:00
Jean-Philippe Ceppi, journaliste et producteur de "Temps présent", face aux élèves des lycées Blaise-Cendrars, Denis de Rougemont et Jean Piaget, mardi 1er octobre.

Comment les jeunes, férus des réseaux sociaux, regardent-ils les reportages de «Temps présent»? S’y intéressent-ils jusqu’au bout, ou au contraire s’ennuient-ils? Ce sont autant de questions que l’équipe du magazine de la RTS désire poser aux gymnasiens de toute la Suisse romande.

Elle a donc organisé la tournée «À vous les studios!» La première halte passait ce mardi par La Chaux-de-Fonds, au Lycée Blaise-Cendrars.

A cette occasion, Jean-Philippe Ceppi, journaliste et producteur de l’émission, et Cédric Louis, son réalisateur, ont sollicité l’avis des lycéens à propos d’un sujet consacré à l’immigration italienne.

Dans l’aula du lycée Blaise-Cendrars, des élèves des lycées Denis de Rougemont et Jean Piaget, ce mardi. Photo: Lucas Vuitel

Les élèves y sont allés franco. «L’absence de contextualisation et de chiffres, la répétition de propos et de plans semblables, le rythme saccadé des témoignages» ont été critiqués par certains. Le langage visuel des petites vidéos du type «Brut», – avec des données chiffrées et des explications – citées en exemple par l’une des lycéennes, a visiblement déjà changé les regards sur les formats plus traditionnels.

Les gymnasiens se posent également des questions sur la validité de telles plateformes d’information recourant à des vidéos courtes et percutantes. Vraies ou fausses infos? «N’importe qui peut balancer n’importer quoi sur le web, il y a de quoi être inquiet!», réagit une étudiante, consciente du risque d’être dupée par la mise en ligne de fausses actus.

Jean-Philippe Ceppi évoque alors devant l’auditoire ces fake news qui ont permis les victoires d’hommes populistes tels Donald Trump et le Philippin Rodrigo Duterte, «élu grâce à 6 millions de voix d’avance». «Avant d’arriver au pouvoir, il avait annoncé qu’avec lui ça allait saigner. Une fois en place, il s’est exécuté, en faisant tuer 27’000 personnes par les escadrons de la mort sous prétexte qu’elles étaient dans le deal. D’où la nécessité d’apprendre à séparer le bon grain de l’ivraie.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TélévisionDes étudiants neuchâtelois pour fêter les cinquante ans de Temps PrésentDes étudiants neuchâtelois pour fêter les cinquante ans de Temps Présent

Top