14.01.2020, 16:25

La Chaux-de-Fonds: l’épopée du rock progressif en soixante minutes

chargement
Thom Yorke, leader du groupe Radiohead.

Histoire de la musique Ce samedi, une conférence donnée à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds vous contera le parcours du rock progressif de sa naissance à nos jours, en soixante minutes et des poussières.

A leurs débuts, Daniel Balavoine et Jean-Jacques Goldman donnaient dans le rock progressif. Vous en doutez? C’est pourtant ce que nous apprend Christophe Gigon, passionné de ce genre musical depuis l’adolescence.

Professeur de français dans une école «secondaire» de La Chaux-de-Fonds, il distillera son savoir ce samedi lors d’une conférence intitulée «Voyages en ailleurs – Une brève histoire du rock progressif», qui se tiendra à la Bibliothèque de la Ville. Elle sera par ailleurs le premier des trois rendez-vous qui marqueront les dix ans des Rencontres musicales organisées par l’Espace musique.

Tout le monde en écoute

En soixante minutes, Christophe Gigon retracera le parcours du rock progressif, de sa naissance à la fin des années 1960 – «Sgt. Pepper…» des Beatles étant souvent nommé comme le premier disque du genre –, à son évolution, tout en démontrant aux auditeurs qu’ils en écoutent même sans le savoir. «‘Bohemian Rhapsody’, de Queen, c’est complètement progressif. Muse et leurs arrangements baroques aussi», fait remarquer Christophe Gigon, qui possède près de 10 000 vinyles.

Mais comment définit-on ce style, alors? «Le rock progressif n’a rien de rock», tranche notre interlocuteur, «même s’il se fait avec une guitare, une basse et une batterie. En fait, il prend sa source dans l’éclatement des codes de la musique classique européenne».

Le mystère Radiohead

A part lors de son émergence dans les années 1970, le rock progressif n’a jamais joui d’une grande popularité, notamment en raison de la longueur des morceaux (parfois plus de 20 minutes) et de l’exigence de son écriture musicale.

Mais certains artistes ont réussi à tirer leur épingle du jeu, bravant cette logique. «Je ne comprends pas comment un groupe progressif comme Radiohead a pu devenir aussi populaire en composant une musique aussi exigeante. L’effet de mode a joué en leur faveur… Aujourd’hui, quelqu’un qui veut avoir l’air cool dit qu’il écoute Gainsbourg et Radiohead…» Pour les amoureux de Marillion, Yes et Genesis, rendez-vous ce samedi! 

Infos pratiques

La Chaux-de-Fonds, salle de lecture de la Bibliothèque de la Ville, samedi 18 janvier à 10h15.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

FESTIVAL DES GOUTTESL'ancien de Genesis Mike Rutherford à La SagneL'ancien de Genesis Mike Rutherford à La Sagne

Top