02.08.2015, 19:52

Jean-Yves Bonfanti traque les cannes à secrets

chargement
Par Alain Prêtre

La canne n'a plus aucun secret pour Jean-Yves Bonfanti, collectionneur de cette objet mystérieux qui en cache un autre.

Des cannes et encore des cannes! Le hall d'entrée de Jean-Yves Bonfanti en est garni. Ce Chaux-de-Fonnier est l'un des seuls Romands à se passionner pour la canne à système, appelée aussi canne à secret. Ces ustensiles ressemblant en apparence à des cannes orthopédiques ne sont pas des bâtons de vieillesse. Ils dissimulent dans leur corps évidé une diversité d'objets des plus étonnantes d'où leur appellation de cannes à secrets.

Jean-Yves Bonfanti porte son intérêt sur les cannes de métiers. Il faut en quelque sorte ouvrir ces cannes pour en découvrir le secret. C'est un peu entrer dans un monde merveilleux et magique. La surprise est totale. Jean-Yves Bonfanti se saisit d'une canne à l'aspect banal et, en un tour de mains, tel un magicien à l'œuvre, la transforme en un violon miniature. Il ne lui reste plus qu'à caresser les cordes pour obtenir quelques notes. L'émerveillement est à la hauteur de la prouesse technique requise pour pouvoir loger un violon dans le corps du bâton.

Pour les dames et les dandys
L'ingénieur en mécanique qu'est Jeau-Yves Bonfanti est bluffé par la technicité et l'imagination des concepteurs et fabricants de ces cannes. «L'âge d'or des cannes à systèmes correspond à la période Art Déco, à la charnière du XIX et du XXe siècle. La canne était alors un accessoire vestimentaire au même titre que le chapeau et les gants. Elle signifiait l'élégance et rencontrait beaucoup de succès chez les dandies».

Né en Bretagne il y a 57 ans, Jean-Yves Bonfanti ne pensait pas qu'il consacrerait un jour la majeure partie de son temps libre à traquer les cannes à systèmes. «J'avais 9 ans lorsque je suis arrivé à La Chaux-de-Fonds avec mes parents. Nous avons quitté Niort car mon père n'avait pas de travail et il avait entendu dire qu'on embauchait des mécaniciens horlogers en Suisse. C'est lors d'une excursion du côté de Zermatt que mon père m'a offert une canne avec un edelweiss gravé».

La révélation à Paris
Il s'écoulera de nombreuses années avant que Jean-Yves ne regarde d'un peu plus près ces cannes intrigantes. «J'ai fait mes études pour les terminer avec un diplôme d'ingénieur en mécanique. J'ai travaillé pour ETA puis à Aciera avant de me mettre à mon compte avec un ex-collègue.» Jean-Yves Bonfanti dirige toujours sa petite entreprise chaux-de-fonnière, A2I. «Nous participons à des projets de développement dans l'habillage des montres en collaboration avec des designers et de grandes marques de montres».

Lors d'un déplacement en région parisienne, Jean-Yves Bonfanti pousse la porte d'un antiquaire, et c'est la révélation... «Je suis tombé sur la bible des cannes à systèmes. J'ai découvert un monde fabuleux et méconnu». Jean-Yves Bonfanti s'est dès lors mis en quête de ces objets. Epicurien, il construit ses itinéraires de recherche en passant par les bonnes tables de France. «La meilleure géographie, c'est celle des restaurants», proclame-t-il. Au gré de ses pérégrinations, il s'arrête chez les brocanteurs et dans des boutiques spécialisées dans les cannes à système. Il en a acquis près de 70 à ce jour. «Je rêvais notamment de posséder la canne violon. L'antiquaire qui me l'a vendu n'en avait vu passer que deux dans sa vie». Les pièces détenues par ce collectionneur sont plus surprenantes les unes que les autres. La canne de l'aquarelliste avec toute la panoplie nécessaire à l'exécution d'une œuvre est étonnante, jusqu'à contenir des petits godets pour mélanger les gouaches. La canne se dépliant pour se transformer en trépied photo ou encore la canne du naturaliste intégrant un microscope sont tout aussi bluffantes.

Cannes érotiques
Ces objets de collection ne sont pas que décoratifs mais parfois utilitaires. Leur détenteur voyage avec la canne du gentleman. Elle ne dissimule rien de moins qu'un blaireau, un rasoir à l'ancienne et tout le kit de manucure sans oublier l'indispensable brosse à dents. Il existe aussi des cannes coquines, à ne pas mettre entre toutes les mains, qui ne font pas encore partie de la collection du Chaux-de-Fonnier. «Des dames de la bonne société se procuraient à l'époque des cannes avec un pommeau en ivoire en forme de phallus. On trouve même des cannes pour sado-maso avec fouet incorporé.»

Et combien cela coûte-t-il? «Les plus prestigieuses valent plus de 100 000 francs pour leur bâton en bois précieux et leur pommeau en or ou diamant. La plus chère de ma collection atteint 8000 francs». /AP


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Chronique«Le devenir des Abeilles», l’air du temps de Vincent Costet«Le devenir des Abeilles», l’air du temps de Vincent Costet

JusticeL’Etat n’engagera pas l’éducateur chaux-de-fonnier, même acquittéL’Etat n’engagera pas l’éducateur chaux-de-fonnier, même acquitté

JusticeLa Chaux-de-Fonds: l’éducateur acquitté sera rejugé en appelLa Chaux-de-Fonds: l’éducateur acquitté sera rejugé en appel

JusticeTémoignage: "L'éducateur était manifestement intouchable"Témoignage: "L'éducateur était manifestement intouchable"

Cinéma«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret«Thiel le Rouge», sur la piste d’un espion neuchâtelois très discret

Top