04.10.2016, 00:54

Il ne faut pas que le Foyer de l’écolier disparaisse!

chargement
Chaque année, environ 300 enfants âgés de 4 à 12 ans sont accueillis au Foyer de l’écolier de La Chaux-de-Fonds, soit le matin avant l’école,  soit l’après-midi, lorsque les cours sont terminés.

LA CHAUX-DE-FONDS «L’Impartial» lance une collecte de fonds pour sauver une institution au service des familles. Il versera les mille premiers francs.

Il faut sauver le Foyer de l’écolier! C’est l’appel que lance dès aujourd’hui «L’Impartial», qui estime que son action en faveur des enfants et de leur famille, notamment les plus défavorisées, ne doit pas s’éteindre par la faute de la fiduciaire indélicate avec laquelle la fondation travaillait depuis près de 25 ans. Nous révélions en effet la semaine dernière que le Foyer de l’écolier avait subi un préjudice de 67 000 francs. «Un tsunami!», s’était exclamée la présidente de la fondation, Sylvie Schaad, lorsqu’elle l’avait appris du Ministère public, qui enquête toujours sur cette affaire. Qui affecte aussi, rappelons-le, d’autres sociétés neuchâteloises, en particulier dans le domaine sportif.

Trouver 50 000 francs

Oui, il faut sauver le Foyer de l’écolier. Dès aujourd’hui, un compte est ouvert à la Banque cantonale neuchâteloise, libellé «Sauvetage du Foyer de l’écolier» (voir les coordonnées ci-dessous). L’objectif? Permettre de collecter suffisamment de fonds pour que la fondation voie s’éloigner le spectre du surendettement, situation qui pourrait signifier, à relativement court terme, la fin de ses activités. Articulons un chiffre: nous fixons la barre à 50 000 francs, à récolter d’ici au 15 novembre. Afin de lancer le mouvement, «L’Impartial» s’engage à verser les premiers 1000 francs. Aux autres acteurs, ensuite, de faire en sorte que la barre soit atteinte, et même dépassée.

La barre est fixée relativement haut? Certes. Il faut toutefois savoir que pour tenir le coup jusqu’à la fin de l’année, en payant ses factures, le Foyer de l’écolier a besoin d’une somme oscillant entre 20 000 et 30 000 francs. Pour boucler la fin de l’année scolaire, c’est forcément beaucoup plus...

Qui plus est, les sources de financement sont peu nombreuses. En premier lieu les contributions des parents qui confient leurs enfants au foyer, «mais ce ne sont pas les plus grosses fortunes», fait remarquer Sylvie Schaad, qui explique que cette contribution est proportionnelle aux revenus des parents. «Avec la dégradation de la situation économique, certains parents se retrouvent au chômage, ce qui n’arrange pas notre sort à nous. Il faut préciser que nous ne refusons aucun enfant. Nous cherchons chaque fois des solutions.»

Environ 300 places

Les pouvoirs publics? Le conseiller communal en charge de l’Instruction publique à La Chaux-de-Fonds, Théo Bregnard, a prêté une oreille attentive au comité de la fondation. «Il comprend notre souci et est conscient de l’importance de notre travail», observe la présidente. Qui n’ignore rien, de son côté, des difficultés financières de la Ville. Comme tant d’autres institutions, le Foyer de l’écolier a d’ailleurs déjà dû subir l’effet des restrictions. Restent donc la campagne financière traditionnellement lancée en mai – mais qui ne rapporte jamais plus de 10 000 fr. – et des opérations ponctuelles lancées, par exemple, par des clubs service. «Mais ce n’est jamais pour améliorer notre fonctionnement ordinaire. Tout va pour les enfants: achats de jouets, de livres, de matériel.»

La mission du Foyer de l’écolier n’a pas varié depuis 1957: il accueille des enfants de 4 à 12 ans, leur offre petit-déjeuner et goûter, les aide à faire leurs devoirs et leur propose des activités de jeux et bricolage après l’école. Environ 80 auxiliaires, payés, mais à des montants bien inférieurs à ceux qui se pratiquent dans les structures institutionnelles, sont mobilisés pour les entourer le matin et l’après-midi.

Le Foyer de l’écolier dispose d’environ 300 places réparties en ville, notamment aux collèges des Foulets et Numa-Droz.

Né D’UN Premier élan de solidarité il y a 60 ans

Le tout premier Foyer de l’écolier fut d’abord celui d’une institutrice chaux-de-fonnière, Denyse Porret-Reymond, qui, dès le début des années 1950, commença à accueillir chez elle après l’école les écoliers dont les deux parents travaillaient.

Au début de l’hiver 1956, l’idée de les accueillir en plus grand nombre dans un lieu adapté put se réaliser grâce au soutien de son époux, François Porret. Employé à la Stuag, il obtint de sa direction l’autorisation d’utiliser un bâtiment inoccupé situé rue du Marais. Le directeur de l’Ecole primaire fournit du mobilier usagé et quelques éléments de matériel scolaire, tandis qu’un ami de la famille Porret, le pasteur Francis Gschwend, accepta de gérer ce nouveau lieu d’accueil.

Le 17 janvier 1957, le Foyer scolaire fut mis en service avec le soutien financier de Pro Juventus et quelques industriels. Une modeste contribution de 1 franc par semaine et par enfant était alors demandée.

Association indépendante et privée, le Foyer de l’écolier obtint l’octroi d’une subvention communale de 200 000 francs en 1991. Mais si la décision fut votée à l’unanimité par le Conseil général, le montant ne fut finalement jamais versé dans son intégralité, et la fondation dut entreprendre des recherches de fonds auprès des particuliers et des institutions.

La créatrice du Foyer de l’écolier, Denyse Porret-Reymond, vint ensuite en aide aux enfants «cachés», ceux des saisonniers espagnols ou portugais, en ouvrant une classe pour leur apprendre le français, alors que le regroupement familial n’était pas à l’ordre du jour. Ce, en toute illégalité, dans son appartement, et utilisant pour ce faire sa caisse de retraite.

Plus tard, elle fonda l’école Mosaïque, le lieu de passage d’adultes non francophones de tous horizons, qui lui valut le prix «Salut l’étranger» en 1996.

Denyse Porret-Reymond s’est éteinte il y a une année, à 90 ans. Mais l’esprit de solidarité de l’institutrice, sa simplicité et son ouverture inspirent encore ces lieux d’accueil.

INFO +

Pour soutenir le Foyer de l’écolier:

Vos dons sont attendus sur le compte «Sauvetage du Foyer de l’écolier», à la BCN de La Chaux-de-Fonds. IBAN CH1200766000102759919.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CommercesLa Chaux-de-Fonds: neuf emplacements mis à disposition des marchandsLa Chaux-de-Fonds: neuf emplacements mis à disposition des marchands

InterdictionCoronavirus: terrains de football fermés à La Chaux-de-FondsCoronavirus: terrains de football fermés à La Chaux-de-Fonds

EconomieBlanchâtel ferme définitivement à La Chaux-de-Fonds, 33 personnes sans emploiBlanchâtel ferme définitivement à La Chaux-de-Fonds, 33 personnes sans emploi

Culture à domicileDu rap à décrypter, premier clip de trois NeuchâteloisDu rap à décrypter, premier clip de trois Neuchâtelois

Du rap à décrypter

Tout jeune groupe de rap neuchâtelois, la Crypte se lance sur la scène musicale avec un premier clip.

  02.04.2020 14:03  Coronavirus

SociétéLe restaurant chaux-de-fonnier Ekir pourra rouvrirLe restaurant chaux-de-fonnier Ekir pourra rouvrir

Top