05.12.2017, 00:01

Encore un lynx renversé côté français

Abonnés
chargement
Le lynx retrouvé mort au bord de la route, samedi au Col-France.

 05.12.2017, 00:01 Encore un lynx renversé côté français

Par willy graf

FAUNE La photo de la dépouille, prise au bord de la route au Col-France, a fait le tour des réseaux sociaux. C’est le sixième accident fatal au félin en deux mois et demi.

La photo de sa dépouille, sur le sol gelé, a vite été relayée sur les réseaux sociaux.

Ce samedi au Col-France, entre Villers-le-Lac et Le Locle, un lynx a été retrouvé mort en bord de route. Un bien triste spectacle, surtout lorsque l’on connaît la fragilité de cette espèce.

«C’est le septième lynx renversé sur le Doubs et le Jura...

La photo de sa dépouille, sur le sol gelé, a vite été relayée sur les réseaux sociaux.

Ce samedi au Col-France, entre Villers-le-Lac et Le Locle, un lynx a été retrouvé mort en bord de route. Un bien triste spectacle, surtout lorsque l’on connaît la fragilité de cette espèce.

«C’est le septième lynx renversé sur le Doubs et le Jura lors de ces deux derniers mois et demi. C’est beaucoup, mais c’est le hasard. Certains cèdent à la facilité de dire qu’il y a plus de collisions car il y a plus de lynx, ce qui est faux», explique Gilles Moine, directeur du centre de sauvegarde Athénas.

Seule zone de France où subsiste l’animal

«Selon l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, l’aire de présence de l’espèce a tendance à régresser sur le massif jurassien, ce qui corrobore nos propres observations. On serait revenu six ans en arrière. Le nombre de lynx adultes est estimé à 100-120 individus», poursuit le spécialiste.

Pour mémoire, hormis quelques rares spécimens dans le nord des Alpes, le massif jurassien est la seule zone en France où subsistent des lynx.

Même si la fatalité pèse lourd dans ces accidents normalement rares, Gilles Moine appelle les automobilistes à la vigilance, «surtout les routes perpendiculaires au massif, c’est-à-dire les axes est-ouest».

Une signalétique spécial lynx expérimentée

En concertation avec le conseil départemental du Jura, le centre Athénas veut mener courant 2018 une expérimentation sur une signalétique «spécial lynx», ciblée sur un tronçon routier jugé à risque. «On va suivre un protocole d’enquête et évaluer si cette signalétique mérite d’être étendue», anticipe le directeur.

Pour six des lynx récemment renversés, il est déjà trop tard. Seule la femelle percutée début novembre à Morbier a survécu.

Recueillie et soignée par le centre Athénas, sa convalescence est encore délicate. La relâcher dans la nature, loin des routes, n’est pas encore d’actualité. l’est républicain

Population stable côté suisse

Sur la chaîne du Jura, côté suisse, la population de lynx ne semble pas diminuer. «On reçoit pas mal d’annonces de prédation d’animaux sauvages. On nous rapporte aussi beaucoup d’observations de jeunes lynx», déclare l’inspecteur cantonal de la faune (pour Neuchâtel) Christophe Noël. Il ajoute «qu’aucun accident impliquant un automobiliste n’a été enregistré cette année, contrairement à l’année dernière».

Il y a trois ans, les comptages indiquaient qu’une quinzaine d’individus indépendants environ se baladaient dans le Jura vaudois et neuchâtelois, en comptant les zones frontières. Autrement dit, trois lynx pour 100 km2 de forêt. De nouveaux comptages auront lieu cet hiver, sous l’égide de la Confédération. Berne finance l’opération et ce sont les gardes-faune qui placent et relèvent les quelque 60 pièges photographiques.

Dans le canton du Jura, le «recensement» a été effectué il y a deux hivers. Le responsable de la faune estime que les effectifs sont stables, de l’ordre de 1,75 individu indépendant tous les 100 kilomètres carrés. vco


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top