26.11.2016, 00:01

Arnaud Maeder s’en ira

Abonnés
chargement

 26.11.2016, 00:01 Arnaud Maeder s’en ira

Le contrat d’Arnaud Maeder, directeur des institutions zoologiques de La Chaux-de-Fonds, arrive à échéance le 31 juillet 2017. Il ne sera pas reconduit.

Ainsi Arnaud Maeder s’en ira, lui qui était entré en fonction il y a dix ans et s’était considérablement investi dans le dossier «Naturama».

Une décision «qui a...

Le contrat d’Arnaud Maeder, directeur des institutions zoologiques de La Chaux-de-Fonds, arrive à échéance le 31 juillet 2017. Il ne sera pas reconduit.

Ainsi Arnaud Maeder s’en ira, lui qui était entré en fonction il y a dix ans et s’était considérablement investi dans le dossier «Naturama».

Une décision «qui a été très difficile à prendre», comme d’autres décisions d’ailleurs, avoue le conseiller communal Théo Bregnard. «Aujourd’hui, nous sommes malheureusement amenés à faire des choix douloureux».

Théo Bregnard rappelle le cadre général, sur fond de crise financière. Le Musée d’histoire naturelle est fermé depuis deux ans et demi. Son bail avec La Poste arrive à échéance dans les deux ans. Il n’est pas question de le rouvrir. En attendant, les collections y sont toujours abritées.

Pistes pour les collections

La priorité? Trouver une solution durable pour stocker ces collections et pour les mettre en valeur. Des synergies seront étudiées, par exemple avec le Parc naturel du Doubs, ou avec d’autres musées. «Nous réfléchissons à une mise à profit de l’Ancien stand, des Abattoirs ou d’autres lieux appartenant à la ville, afin d’offrir un stockage accessible qui permette de faire vivre ces collections».

Quant au projet du zoo musée «il est mis en veille», précise Théo Bregnard. Mais peut-être qu’à terme, la ville reviendra à meilleure fortune, des mécènes pourraient s’annoncer... A ce moment-là, «nous aurons toujours ces collections». En attendant, «nous ne pouvons pas nous satisfaire du statu quo».

Pas d’entrées payantes

Cependant, un des objectifs prioritaires de la ville, c’est de continuer à valoriser le Bois du Petit-Château (le délai légal, c’est 2018) puisque le Bois du P’tit «fait partie de l’ADN des Chaux-de-Fonniers». Soit dit en passant, «il n’y a pas de volonté d’entrées payantes pour les habitants. Nous voulons garder une ville où on a du plaisir à vivre, et où ce genre de lieu reste ouvert à la population».

Le rapport de mise aux normes du Bois du P’tit sera finalisé avec Arnaud Maeder. Contacté, celui-ci n’a pas souhaité nous répondre et nous a renvoyés au Conseil communal. cld


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top