03.08.2015, 09:01

Maudits lexiques

chargement
Par Matthieu Henguely

Elles valent leur pesant de cacahuètes, ces pages des guides touristiques où sont recensées les phrases à savoir en langue du coin. Genre: «Je ne comprends pas» ou «Quelle heure est-il?».

Certes, avec un anglais hésitant, on arrive à se faire comprendre loin de chez soi. Mais c'est toujours amusant de se lancer à des essais de prononciation de paroles... imprononçables.

Pensez au hongrois et un voyage à Budapest se transforme en véritable leçon d'orthophonie. Et à force, certaines restent, «to logariasmo, parakalo» pour demander l'addition en Grèce, après s'être fait plaisir à déguster des souvlakis sur une terrasse à l'ombre d'un Acropole où, probablement, on n'aurait plus besoin de prononcer ces mots par les temps qui courent.

Enfin, tout ça donne souvent des situations pour le moins cocasses, à observer son interlocuteur voir qu'on essaye de lui parler… mais que manifestement, lui ne comprend pas un traître mot de ce que l'on radote.

Alors quand on tente de commander, en tchèque dans le texte, une bonne bière sur une terrasse pragoise et que le serveur, après avoir patiemment écouté le tour de table des hésitants «velky pivo», entonne un victorieux «c'est sympa les mecs, mais je parle très bien français aussi!», il y a de quoi maudire ces fameuses pages!


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ChroniqueEclairage: «mélanger les couleurs»Eclairage: «mélanger les couleurs»

Pandémie«J’admire la facilité avec laquelle les enfants ont relevé la tête»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise«J’admire la facilité avec laquelle les enfants ont relevé la tête»: la chronique d’une enseignante neuchâteloise

EnergieDeux fournisseurs d’énergie neuchâtelois collaborentDeux fournisseurs d’énergie neuchâtelois collaborent

Chronique«Mais ils sont où, ces avions?», l’air du temps de Vincent Costet«Mais ils sont où, ces avions?», l’air du temps de Vincent Costet

HumourChronique de Christophe Bugnon: «En rouge et noir, mes luttes, mes faiblesses»Chronique de Christophe Bugnon: «En rouge et noir, mes luttes, mes faiblesses»

Top