19.11.2018, 21:53

Le chauffage à distance, un système à la fois utile et écologique

chargement
Le chauffage à distance, un système à la fois utile et écologique

Energie Privilégiant les énergies renouvelables, le chauffage à distance a le vent en poupe. Il permet aux usagers de se passer de citerne, chaudière et cheminée.

Principale entreprise du canton de Neuchâtel à fournir cette technologie, Viteos développe des collaborations avec les collectivités publiques et des partenaires privés pour devenir l’acteur principal en matière de chauffage à distance dans la région. Ainsi, l’entreprise multiénergie exploite désormais neuf réseaux, dont trois à Neuchâtel, deux à La Chaux-de-Fonds et un au Locle. Leur point commun? Tous privilégient des combustibles renouvelables.

A La Chaux-de-Fonds l’énergie est fournie par l’usine de valorisation des déchets (Vadec) à 60% et à 18% par la biomasse issue de la scierie des Eplatures. Au Locle et à Neuchâtel, deux installations de chauffage à distance valorisent chacune environ 40% de bois de la région. Le solde est complété par du gaz naturel. Au total, quelques 800 bâtiments et plus de 35’000 habitants sont chauffés grâce à ces réseaux.

Comme un radiateur

Le principe du chauffage à distance consiste à produire de la chaleur dans une chaufferie thermique centralisée et de l’acheminer ensuite à différents immeubles ou des quartiers entiers. Le réseau - qui se compose de deux conduites d’eau chaude (aller et retour) - distribue la chaleur comme le ferait un radiateur. Mais ce système est bien plus qu’un simple chauffage, puisqu’il fournit aussi bien le confort-chaleur que l’eau chaude sanitaire dans les habitations. 

Particulièrement intéressant pour chauffer des zones d’habitation de forte densité, le chauffage à distance présente plusieurs atouts pour les utilisateurs, comme l’accès facilité à des sources d’énergies renouvelables, une exigence toujours plus importante pour les propriétaires d’immeuble. De plus, il rend superflues les installations de chauffage qui équipent les maisons, immeubles ou entreprises. 

«La seule chose que nous posons dans chaque bâtiment connecté au chauffage à distance, c’est un échangeur. Ce boîtier de la taille d’un carton de chaussures remplace à la fois le brûleur, la chaudière, la citerne et la cheminée», résume Laurent Gacond, chef de projet pour Bérocad et ancien chef du service de chauffage à distance chez Viteos. «Autrement dit, le consommateur n’a plus à se préoccuper des installations de chauffage. Il gagne de la place et s’épargne les frais d’entretien.» Autre avantage, cette source d’énergie n’est pas soumise aux aléas du marché, d’où un prix de vente stable.

Miser sur le chauffage à distance permet de soutenir un développement durable de proximité, dans la mesure où Viteos privilégie l’utilisation d’énergies renouvelables. «C’est important pour la filière de valorisation des sous-produits forestiers de la région», commente Remigio Pian, directeur énergies et produits de Viteos. «La centrale du Locle est par exemple approvisionnée en bois du District du Locle, alors que celle de Neuchâtel l’est par du bois des forêts de Neuchâtel.

Pour chacun des réseaux, une dynamique a été développée avec les forestiers.» Avec ce système, le trafic routier lié aux livraisons de combustible est pratiquement nul, tout comme celui dû aux interventions d’entretien. Il est d’ailleurs établi que le bois doit provenir d’un rayon de 30 km au maximum, au-delà le coût transport serait trop important et le bénéfice environnemental moindre. Vu que cette technologie utilise surtout des énergies renouvelables locales, elle contribue à la réduction des émissions de CO2. 

Economie d’énergie fossile

Au final, les installations de chauffage à distance permettent de renoncer à d’importantes quantités d’énergies fossiles. «Nous estimons que le chauffage à distance Bérocad se traduira par une économie de près d’un million de litres de mazout par an», illustre Laurent Gacond. L’expertise développée par Viteos au fil des ans permet d’améliorer le processus en permanence, avec de meilleurs rendements à la clef. «Il y a une dizaine d’années, nous avions mené une réflexion avant d’assainir le chauffage à distance de la Maladière, à Neuchâtel», poursuit Laurent Gacond. «Elle nous a permis de réduire la consommation d’énergie de 20 à 30%.»

Travailler sur le long terme

Créer et mettre en place un réseau de chauffage à distance implique une planification à moyen terme, d’où l’importance de travailler en collaboration avec les collectivités. Il s’agit notamment de définir les zones de distribution en fonction de l’intérêt des habitants mais aussi de prendre en compte les projets de nouveaux quartiers. Cela étant, un réseau peut évoluer avec le temps. On peut envisager de l’étendre à une nouvelle zone d’habitation, en rajoutant au besoin un nouveau point d’injection. Parmi les réseaux exploités aujourd’hui, certains ont été développés à partir de petites installations locales. 

C’est le cas de Bérocad, un projet initié en 2013 grâce à une collaboration entre la commune de St-Aubin (aujourd’hui La Grand Béroche), la scierie Burgat et l’entreprise multiénergie Viteos. La nouvelle chaufferie pour le réseau de chauffage à distance de Saint-Aubin-Sauges/Gorgier, qui sera inauguré aujourd’hui, remplace une installation qui alimentait un réseau plus modeste depuis près de vingt ans.

Des portes ouvertes de Bérocad sont organisées mercredi 21 novembre de 16h à 20h à la Chaufferie Bérocad, Rue de la Reusière 22, 2024 St-Aubin-Sauges

Une solution de chauffage devenue très tendance

Les installations de chauffage à distance avaient déjà la cote dans les années 1960 et 1970. Notamment parce que la Confédération encourage l’exploitation des rejets de chaleur des usines d’incinération et autres grandes installations énergétiques depuis plusieurs décennies. Mais ce système en réseau bénéfice d’un regain intérêt en Suisse avec le développement de grandes chaudières à bois et de centrales géothermiques. 
L’Office fédéral de l’énergie énumère les différents avantages pour le client: plus besoin de s’occuper d’acheter ou de stocker des combustibles, ni d’entretenir son installation. Il souligne aussi que cette technique offre une sécurité d’approvisionnement élevée, car les systèmes de chaleur à distance peuvent fonctionner avec différents agents énergétiques, y compris les énergies renouvelables.

Neuchâtel n’est pas en reste: dans le canton, l’essor des réseaux de distribution de chaleur s’est renforcé ces dernières années. A la fois pionnière et experte dans le développement de cette technologie, Viteos exploite neuf réseaux. Deux d’entre eux - nés de partenariats public-privé - ont été a mis en service en l’espace de trois ans: Bérocad, qui sera inauguré ce mercredi, et Vivaldis.

Bois du Val-de-Ruz

Opérationnel depuis l’automne 2015, le chauffage à distance de Cernier et Fontainemelon est le fruit d’un partenariat entre la commune de Val-de-Ruz et Viteos. Baptisé Vivaldis, il chauffe 100 bâtiments (3200 habitants) grâce à une chaudière à bois implantée sur le site d’Evologia. L’installation utilise exclusivement du bois provenant des forêts du Val-de-Ruz. Elle consomme quelque 18’000 mètres cubes de plaquettes par an. Une solution judicieuse pour valoriser les sous-produits forestiers dans une commune qui possède une forêt de 3300 hectares, soit la plus grande du canton. 

Cerise sur le gâteau, le bâtiment est équipé de panneaux solaires photovoltaïques fournissant une partie du courant électrique des pompes de circulation. Ainsi, Vivaldis permet d’économiser chaque année 2800 tonnes de CO2. A son inauguration, les autorités communales envisageaient déjà d’étendre le périmètre du réseau à moyen terme.     
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Chronique«Un amour en loopings», l’air du temps de Vicky Huguelet«Un amour en loopings», l’air du temps de Vicky Huguelet

AlimentationMoins de viande dans l’assiette: un défi localMoins de viande dans l’assiette: un défi local

Chronique«L’attente, l’attente…», l’Air du temps de François Nussbaum«L’attente, l’attente…», l’Air du temps de François Nussbaum

Culture«Death to all but metal», «On va s’aimer» et «We are all here»: les bons plans de Vicky Huguelet«Death to all but metal», «On va s’aimer» et «We are all here»: les bons plans de Vicky Huguelet

Les bons plans de Vicky Huguelet

Les journalistes d’«ArcInfo» partagent leurs coups de cœur avec vous. Découvrez ceux de Vicky Huguelet.

  13.11.2019 14:00

Chronique«Fondus de traditions», l’air du temps d’Eric Lecluyse«Fondus de traditions», l’air du temps d’Eric Lecluyse

Top