Notre dessinateur Vincent L’Epée va croiser le fer à Tramlabulle

chargement

Bande dessinée Une exposition, une performance dessinée et des dédicaces: Vincent L’Epée, qui griffe chaque samedi dans «ArcInfo» et «Le Journal du Jura», occupe une place de choix à Tramlabulle, festival de bande dessinée qui vit sa 23e édition jusqu’à dimanche à Tramelan.

 25.09.2019, 19:46
Ces mains-là savent donner des coups de griffe; ce sont celles du dessinateur Vincent L'Epée.

Il aime griffer l’actu au quotidien, parfois avec tendresse, toujours d’une plume acérée. Neuchâtelois de souche aux yeux ouverts sur le monde et ses travers, Vincent L’Epée pose son encre depuis des années sur «Le Journal du Jura», sur «ArcInfo» et ses prédécesseurs. Mais pas que: on le déguste aussi, cru de préférence, dans «Vigousse» ou sur «La Torche 2.0».

Buffet froid bien servi

Ce printemps, il a encore griffé plus fort en réunissant dans un volume costaud et consistant dix ans de dessins. Référence ou non (mais plutôt oui) à l’univers cinématographique qu’il apprécie, ni tiède ni mièvre, il l’a composé comme un «Buffet froid». Sur la couverture, une belle brochette de «coquins» appelés aussi dirigeants. Des «Tontons flingueurs», l’humour en moins…

C’est ce buffet-là, salé et épicé, qui aura les honneurs d’une des expositions de Tramlabulle, le festival international (et gratuit!) de bande dessinée de Tramelan, qui vit jusqu’à dimanche sa 23e édition. Un événement pour lequel notre «gribouilleur» avoue un faible, pour son côté convivial et bon enfant. «En plus, il a très bien su s’ouvrir à tous les genres; il reflète la diversité de la bande dessinée actuelle.»

Deux Jurassiens

Il sera en bonne compagnie du côté du CIP (Centre interrégional de perfectionnement); les autres expos présenteront les travaux récents d’une jeune dessinatrice belge, Nina Jacqmin, ou du Français Christophe Girard – 17 albums à son actif. Plus deux régionaux, Pitch Comment et ses «Très riches heures du Jura», fausse fresque historique et vraie réussite, et Guznag, alias Julien Schmidt, un Ajoulot dont le graphisme n’est pas sans rappeler la série «Blacksad».

Face à Caro

Et puis, au gré des dédicaces, on risque de croiser pas mal d’autres griffonneurs de la région. En vrac, Vincent, les frères Sjöstedt, Bénédicte ou la Biennoise Caro. Qui débarquera avec ses meilleures armes: vendredi soir, à 20h15, pour croiser le fer avec L’Epée dans une performance dessinée qui promet des étincelles. Forcément, ce ne sera pas à fleurets mouchetés.

Infos pratiques

Tramlabulle, 23e festival international de bande dessinée, au CIP, à Tramelan, de vendredi à dimanche.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Rencontre#4 Les métiers qui font nos médias - Mais qui est Vincent L’Epée?#4 Les métiers qui font nos médias - Mais qui est Vincent L’Epée?

DESSINS DE PRESSE«De l’incompétence ou du fascisme»«De l’incompétence ou du fascisme»

«De l’incompétence ou du fascisme»

Alors que ses collègues, dont les dessins ont été retirés à Fleurier, les publient sur la Toile, le dessinateur de...

  26.03.2016 00:01
Premium

Top