27.08.2018, 15:49

Le chef jurassien Georges Wenger passera la main à la fin de l’année

chargement
Georges Wenger cessera ses activités de chef à la fin de l'année.

 27.08.2018, 15:49 Le chef jurassien Georges Wenger passera la main à la fin de l’année

Gastronomie Georges Wenger cessera ses activités de chef cuisinier à la fin de l’année. Il remettra les clés de son restaurant du Noirmont à Jérémy Desbraux, actuel second en cuisine à l’Hôtel de Ville de Crissier.

Chamboulement de taille dans le monde de la gastronomie. Le chef jurassien Georges Wenger passera la main à la fin de l’année. Lui et son épouse Andrea ont choisi Jérémy Desbraux, actuel second en cuisine à l’Hôtel de Ville de Crissier, pour reprendre respectivement le restaurant et l’hôtel du Noirmont.

Georges Wenger gardera en revanche Vineas Vini, sa société de commerce de vin, et mettra ses trésors œnologiques à disposition du repreneur. «Un cercle d’amis jurassiens, attachés à la pérennité de l’établissement, a permis d’établir un plan de financement permettant la pleine souveraineté du nouveau chef», précise par ailleurs le communiqué ce lundi après-midi.

Georges Wenger et sa femme Andrea ont acheté leur établissement en 1981. Ce dernier compte 18/20 points au GaultMillau et deux étoiles au Michelin.

Avis aux gourmets, avec Jérémy Desbraux aux fourneaux, il ne faudra pas s’attendre à une copie conforme de la carte actuelle. La nouvelle mouture sera révélée au début de l’an prochain. En revanche, le Français a d’ores et déjà prévu de continuer à organiser la Saint-Martin.

Georges Wenger en bref

Georges Wenger fait son apprentissage de cuisinier en 1970 à Saignelégier, à l’Hôtel de la Gare et du Parc, avant de travailler une saison au Gstaad Palace et au Vieux-Manoir à Meyrier. Il exerce ensuite son art à Paris, en Allemagne et en Grande-Bretagne, pour apprendre les langues.

En 1977, alors qu’il travaille comme chef cuisinier au Restaurant de la Gare, à Saignelégier, il y rencontre Andrea, une jeune Bavaroise qui deviendra sa femme. Quatre ans plus tard, il reprend avec elle l’hôtel de la Gare au Noirmont, un bâtiment vétuste datant de 1904. Durant les années qui suivent, la réputation de l’établissement ne cesse de croître.

En 1991, l’Hôtel de la gare devient le Restaurant et Hôtel Georges Wenger, avec deux salles pouvant accueillir 60 convives et cinq chambres grand confort. La première étoile au célèbre guide Michelin arrive en 1994, alors que le restaurant est déjà noté à 16/20 par le Gault-Milau. Ce dernier guide attribue en 1997 la note de 18/20, que l’établissement a toujours gardé, et nomme son chef Cuisinier suisse de l’année. En 2003, le restaurant obtient une deuxième étoile au Michelin.
 

COMMUNIQUÉ

À lire aussi...

RESTAURATIONLe GaultMillau 2018 continue de faire de l’œil à Georges WengerLe GaultMillau 2018 continue de faire de l’œil à Georges Wenger

PRODUITS DU TERROIRGeorges Wenger capitaine  d’une équipe de «food-ball»Georges Wenger capitaine  d’une équipe de «food-ball»

LE NOIRMONTGeorges Wenger ouvre sa cave à tous les amateursGeorges Wenger ouvre sa cave à tous les amateurs


Top