29.06.2018, 19:41
Lecture: 4min

«Grâce à un petit appoint, notre précarité aurait baissé»

Premium
chargement
Faire face aux dépenses lorsque les revenus sont ratatinés nécessite de compter le moindre sou, surtout en plein processus de désendettement.

Précarité Un couple avec deux enfants de Saignelégier se serre la ceinture au maximum. Il ne touchera pas les prestations complémentaires, rejetées par les citoyens jurassiens.

A 44 ans, Bianca* et son mari Tony* (*prénoms d’emprunt), de Saignelégier, tirent le diable par la queue.
«Avec nos salaires réunis, les bons mois on arrive à 5'800-5'900 francs. Pour ma part, j’exerce sept jobs différents», raconte Bianca. «En particulier, des ménages chez des privés et en entreprise.» De son côté, son conjoint touche  3'200 fr. net à plein temps. «Mais pendant quatre ans, il n’a perçu mensuellement que 2'800 francs.»

Dans ce goulet financier, Bianca et...

À lire aussi...

PolitiqueElections jurassiennes: le PDC souhaite une entente de droite pour le 2e tourElections jurassiennes: le PDC souhaite une entente de droite pour le 2e tour

NatureUn lynx tué par arme à feu dans les Franches-MontagnesUn lynx tué par arme à feu dans les Franches-Montagnes

Question jurassienneUn nouveau mouvement antiséparatiste à MoutierUn nouveau mouvement antiséparatiste à Moutier

PandémieCovid-19: le Jura en état de nécessité, voici les nouvelles mesuresCovid-19: le Jura en état de nécessité, voici les nouvelles mesures

PandémieCovid-19: des restos jurassiens ferment en signe de protestationCovid-19: des restos jurassiens ferment en signe de protestation

Top