30.11.2019, 16:57

Festival des roux aux Breuleux: la symbolique n’est pas la même selon qu’on soit roux ou rousse

Premium
chargement
"J'avais 6 ans lorsque mes camarades ont coupé ma chevelure", raconte cette participante au Festival des roux.



LES BREULEUX 29/11/2019
Photo: Christian Galley

Préjugés A l’initiative de François Vorpe, traumatisé depuis l’enfance par la couleur de ses cheveux et ses taches de rousseur, la première édition du Festival des roux s’est ouverte vendredi soir, aux Breuleux. Témoignages et explications scientifiques.

Dans le public, beaucoup de chevelures flamboyant de rouge, mais aussi des «sel et paprika», comme on appelle poétiquement les roux dont les cheveux ont pris de l’âge. Pas de jeunes, ni d’enfants: «Ils se cachent encore», regrette l’organisateur François Vorpe, accueillant les derniers arrivés dans son café-théâtre des Planches, aux Breuleux. C’est pourtant à eux que ce festival est dédié, ce vendredi soir, mais aussi samedi soir: «Je voudrais qu’ils sachent qu’ils ne sont pas seuls. J’espère que le monde adulte...

À lire aussi...

ManifestationLes Breuleux: le Festival des roux part à l’assaut des préjugésLes Breuleux: le Festival des roux part à l’assaut des préjugés

TémoignageFestival des roux aux Breuleux: «J’ai pensé m’ôter la vie»Festival des roux aux Breuleux: «J’ai pensé m’ôter la vie»

FestivalPays-Bas: le festival «International Redhead Days» attire des milliers de rouxPays-Bas: le festival «International Redhead Days» attire des milliers de roux

Top