10.07.2019, 17:31

Des dizaines d’hectares de friches industrielles à reconvertir dans le Jura

chargement
L'ancienne fabrique de pièces détachées de montres, chemin du Chasseral, à Saignelégier, devrait être déconstruite. Le site est inscrit au cadastre des sites pollués nécessitant une investigation.

Territoire L’inventaire cantonal jurassien des friches urbaines et industrielles a permis d’identifier 91 sites représentant un total de 51 hectares. Ces sites permettraient d’accueillir 2’00 habitants et emplois. Six se trouvent dans les Franches-Montagnes.

Ancienne usine d’horlogerie ou bâtiment rural, six friches industrielles des Franches-Montagnes figurent à l’inventaire cantonal jurassien publié ce mercredi.

Leur reconversion est souhaitée dans le cadre du projet de nouvelle politique régionale «Renforcement des centralités» lancé par les autorités cantonales en 2013. La majorité des sites identifiés accueillait des activités industrielles ou artisanales. Une faible part se trouve en zone agricole.

Sur les 91 sites identifiés dans le Jura, 55 sont situés sur le district de Porrentruy, 30 sur celui de Delémont et six sur celui des Franches-Montagnes, ce qui représente 3,1 hectares sur un total de 51 hectares. Il s’agit de friches d’une surface minimale de 1500 mètres carrés, alors qu’elle était de 3000 mètres carrés en 2011.

L’ensemble des friches jurassiennes présente un potentiel d’accueil de près de 1000 habitants et 1300 emplois.

Sites pollués

Figurent sur la liste des bâtiments ruraux de quelque 2500 m2 chacun, aux Bois, à La Chaux-des-Breuleux et au Noirmont, une ancienne scierie de près de 15 000 m2 aux Breuleux, et des anciennes fabriques d’horlogerie à Montfaucon (2800 m2) et à Saignelégier (6200 m2).

Tous devraient être réhabilités, comme 51% des friches jurassiennes, mis à part l’usine du chef-lieu des Franches-Montagnes qu’il est prévu de déconstruire.

L’endroit est inscrit au cadastre des sites pollués nécessitant une investigation, comme une dizaine de friches répertoriées sur tout le Jura. Cinq nécessitent un assainissement, pas dans les Franches-Montagnes mais à Cornol, Porrentruy, au Clos-du-Doubs, à Fontenais et à Courtételle.

Futur industriel, artisanal ou immobilier

Sur les 91 sites listés dans le Jura, 60% sont situés dans les pôles régionaux (cœurs de pôle et communes satellites) et une part relativement importante, soit 13,9 hectares, se trouvent dans les petites communes de type «village».

La majorité bénéficie d’une bonne desserte en transports publics. Aussi, les usages futurs proposés pour ces surfaces sont le plus fréquemment les activités industrielles et artisanales, suivis de l’habitat, puis des services.

Selon une approche théorique, l’ensemble des friches jurassiennes présente un potentiel d’accueil de 987 habitants et de 1288 emplois équivalents plein-temps (EPT). Ce potentiel d’accueil a été estimé sur la base des objectifs de densité fixés dans le plan directeur cantonal.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

NEUCHÂTELUn projet pour réhabiliter  la friche des CadollesUn projet pour réhabiliter  la friche des Cadolles

La Chaux-de-FondsLa friche industrielle des Eplatures sous l'oeil d'un bureau d'urbanistes zurichoisLa friche industrielle des Eplatures sous l'oeil d'un bureau d'urbanistes zurichois

Aménagement du territoireLe Jura doit réduire ses zones à bâtir pour l'habitatLe Jura doit réduire ses zones à bâtir pour l'habitat

Top