31.08.2009, 07:45

Bagarres entre jeunes et policiers

chargement

La fête du village de Courroux a dégénéré hier aux environs de 2h15 du matin. Des bagarres ont opposé des groupes de jeunes aux forces de police. Une dizaine de personnes ont été interpellées, identifiées, auditionnées, puis remises en liberté. Un fauteur de trouble a été blessé. Un policier a aussi été légèrement blessé. Sur ordre du maire Yann Barth, les stands ont dû fermer boutique vers 4 heures. Pour rouvrir normalement hier dans le courant de la matinée. La fête du village de Courroux - c'est sa particularité - a lieu également le lundi soir.

Les faits. Vers 2h15, l'alarme d'un établissement bancaire s'est déclenchée. On ignore pour l'heure la raison exacte. Une patrouille de police composée de deux agents s'est alors pointée sur place. Lors de leur intervention, les deux policiers ont constaté que différents groupes se battaient dans les parages du café des Sports. Les agents ont appelé des renforts, dans le but d'interpeller les protagonistes de ces échauffourées.

Deux bagarreurs ont été interpellés. A partir de là, les événements se sont précipités. Un groupe hostile s'en est pris aux agents, tentant ainsi d'empêcher les interpellations. Les policiers ont été agressés par des jets de pierres et de bouteilles. Malgré leur moyen de protection, ils ont été contraints de rebrousser chemin. Comme les esprits ne se calmaient pas - bien au contraire! - une alarme générale au sein de la police cantonale jurassienne a été décrétée à 3 heures. Quarante-cinq minutes plus tard, 30 agents de la section anti-émeute étaient à Courroux, habillés en robocop. Selon différents témoignages, les affrontements n'ont pas été particulièrement violents. Ils n'ont pas duré très longtemps non plus. Les jeunes s'en sont surtout donné au niveau de l'invective. Les dégâts matériels sont moindres.

Parmi les personnes interpellées figurent plusieurs mineurs. L'âge des fauteurs de troubles oscille entre 14 et 25 ans. Leur origine? S'il y a des étrangers parmi les bagarreurs, on trouve aussi des jeunes gens de la vallée de Delémont, de nationalité suisse. La plupart avait exagéré sur le flacon et la fumette. L'arrêt de la fête a suscité l'incompréhension parmi une partie des participants, qui se trouvaient éloignée des endroits chauds. Heureusement, les bagarres n'ont pas dégénéré. Entre 50 et 60 jeunes se sont mesurés aux policiers.

Dans le canton du Jura, les fêtes de village sont légion durant les mois d'août et septembre. Ce n'est certes pas la première fois que la police est appelée pour rétablir l'ordre. Récemment, elle a dû intervenir à Courgenay et Alle. Mais jamais la section anti-émeute n'avait dû être mobilisée. En Ajoie, les fauteurs de trouble provenaient essentiellement de France. Comme relaté plus haut, ce n'est pas le cas à Courroux.

Ces rendez-vous de fin de semaine sont particulièrement prisés des jeunes, surtout le samedi soir. /gst


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

VoileLigue des champions: des Neuvevillois dignes sur les eaux du continentLigue des champions: des Neuvevillois dignes sur les eaux du continent

Elections jurassiennesElections cantonales jurassiennes: «Je m’attendais à ce sixième rang au premier tour»Elections cantonales jurassiennes: «Je m’attendais à ce sixième rang au premier tour»

CoronavirusL’Hôpital du Jura se prépare à la deuxième vagueL’Hôpital du Jura se prépare à la deuxième vague

Elections cantonalesFranches-Montagnes: quatre nouveaux élus, dont une VerteFranches-Montagnes: quatre nouveaux élus, dont une Verte

Elections cantonalesJura: le ministre franc-montagnard David Eray est en fâcheuse postureJura: le ministre franc-montagnard David Eray est en fâcheuse posture

Top