07.07.2009, 10:31

Profs en lutte pour les salaires

chargement
Par PHILIPPE OUDOT

Sur toute une carrière, les profs de la partie romande du canton gagnent moins que leurs collègues neuchâtelois et jurassiens. La différence est forte entre 30 et 50 ans. Ils demandent de revoir la progression salariale pour avoir une meilleure répartition.

Contrairement à une idée reçue, les profs romands du canton de Berne ne sont pas les mieux payés dans l'espace Bejune. Loin s'en faut. C'est ce qu'ont rappelé hier les responsables du Syndicat des enseignants du Jura bernois (SEJB) face aux médias. En effet, a affirmé son coprésident Peter Gasser, «si c'était effectivement le cas au tout début des années 1990, les choses ont bien changé depuis». En additionnant toutes les mesures d'économies que le canton a prises sur le dos des enseignants, le salaire des profs a été rogné d'environ 22%, a-t-il asséné.

Et pour prouver que c'est bien la réalité, il a présenté l'étude comparative réalisée pour les différentes catégories d'enseignants de l'espace Bejune (lire ci-contre). «Ce document ne propose pas de solution toute faite, mais est destiné à préparer la réflexion en vue de la modification nécessaire du système de rémunération», a souligné Peter Gasser. Car si les enseignants des trois cantons ont la même formation et font le même travail, il n'y a pas de raison qu'il y ait de telles disparités salariales.

Cette étude fait suite à la résolution adoptée en mars dernier par les enseignants francophones du canton. Ils réclamaient un changement législatif afin de garantir une progression salariale comme c'est le cas dans les deux cantons voisins - et dans tous les cantons romands. Car depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le statut du personnel enseignant (LSE), en 2006, il n'existe plus de droit à la progression du traitement. Le Conseil exécutif fixe chaque année la part de la masse salariale affectée à la progression des salaires en fonction des moyens que lui accorde le Grand Conseil. En outre, la loi fixe à 77 le nombre d'échelons dans la progression salariale possible, chaque échelon correspondant à une hausse de 0,75 pour cent. Sur une carrière de 40 ans, la progression possible est de deux échelons par année.

C'est cette base que le SEJB a prise pour établir sa comparaison avec les deux cantons voisins. «Mais attention», a martelé Peter Gasser, «il s'agit là d'une progression théorique possible, alors qu'à Neuchâtel et dans le Jura, il s'agit de progressions réelles, puisque garanties par la loi.» Et pour illustrer son propos, il a constaté que depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, en 2006, les enseignants ont reçu deux échelons les deux premières années, mais rien pour 2009, alors que le canton a bouclé ses comptes sur un exercice record.

En fait, a relevé Peter Gasser, la seule catégorie d'enseignants à s'en sortir correctement est celle des maîtresses d'école enfantine. Mais pour cela, il aura fallu qu'un arrêt du Tribunal fédéral oblige le canton à revoir la classe de traitement de ces dernières... Sinon, en cumulant le salaire de toute une carrière, les profs bernois arrivent partout bons derniers. Et de souligner que c'est surtout dans la tranche d'âge entre 30 et 50 ans, «c'est-à-dire la période où les gens fondent une famille et où les besoins financiers sont les plus importants», que les écarts sont les plus élevés.

Il y a une dizaine de jours, une délégation du SEJB a rencontré des responsables de la Direction de l'instruction publique pour les sensibiliser à cet état de fait. Et à la rentrée d'août, le SEJB va rencontrer la Députation pour qu'elle se rende compte que cette disparité conduit à une impasse. La situation est d'autant plus sérieuse que l'école bernoise va au-devant d'une grave pénurie d'enseignants à l'horizon 2016-2018, avec le départ à la retraite d'un grand nombre de profs à tous les niveaux. «Nous ne demandons pas plus, mais une répartition différente de la progression salariale.» /POU

De grosses disparités

Aujourd'hui, un maître primaire de 30 ans gagne 5985 fr. brut par mois dans le canton de Berne, contre 6226 dans le Jura et 6720 à Neuchâtel. A 35 ans, il touche 6403 fr., contre 7234 et 7862 pour ses deux collègues. En revanche, à partir de 53 ans, les salaires bernois sont plus élevés. Mais en cumulant ses salaires sur l'ensemble de sa carrière, c'est le Neuchâtelois qui s'en sort le mieux (3,912 millions), soit 171 000 fr. de plus que son collègue dans le canton de Berne.

L'écart est encore plus marqué au secondaire I. A 30 ans, le prof touche 7037 fr. dans le canton de Berne, 7614 dans le Jura et 8155 à Neuchâtel. A 35 ans, l'écart se creuse encore, avec respectivement 7528 fr., 9002 fr. et 9297 francs. En fin de carrière, les salaires bernois sont à nouveau plus élevés, mais sur l'ensemble de la carrière, ce sont les Jurassiens qui décrochent la timbale (4,731 millions), loin devant les Bernois, en retard de 332 000 francs.

Quant aux maîtres du secondaire II, ils sont aussi pénalisés jusqu'à la cinquantaine et se rattrapent en partie en fin de carrière. Mais en salaire cumulé, ils touchent globalement 187 000 fr. de moins que les Jurassiens (5,408 millions) et 60 000 fr. de moins que les Neuchâtelois (5,280 millions). /pou


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

Top