12.06.2009, 06:05

La douleur ne sert à rien, elle peut être soulagée

chargement
Par MARIETTE NIEDERHAUSER

En se basant sur le slogan «Avoir mal ne sert à rien», le Service de soins et d'aide à domicile du vallon de Saint-Imier (Sasdoval) a lancé, début 2009, une vaste campagne intitulée «Vers un Vallon de Saint-Imier sans douleur».

Ce service, représenté par Corinne Droz, infirmière, et Nathalie Brunner-Calame, directrice, a immédiatement trouvé un écho favorable auprès de tous les partenaires du réseau de santé du Vallon. Afin de mener à bien cette campagne qui avait pour thème «La douleur, parlons-en», une douzaine d'institutions ont participé au comité de pilotage: soins à domicile, hôpital, homes, foyer de jour, cercle médical, pharmacies, physiothérapeute, Caritas, paroisses catholique et réformée.

Partant du principe qu'avoir mal ne sert à rien, que la douleur affecte la qualité de vie, qu'elle peut être soulagée, les acteurs de cette action ont décidé de se concentrer sur la douleur physique. Cette opération, qui implique tous les professionnels de la santé, n'aurait pas de sens si les patients et le public n'y étaient pas associés.

Dans un premier temps, une enquête a été lancée dans les institutions concernées, auprès des patients, des résidants et du personnel. A l'automne, une pareille démarche sera renouvelée afin de faire des comparaisons entre le début et la fin de la campagne par rapport à la problématique de la douleur. Une brochure a été distribuée en mars à la population et dans les institutions.

Cette première partie de campagne a déjà donné lieu à une soirée débat à Saint-Imier, avec la participation de Rosette Poletti, à deux journées de formation à l'intention du personnel médical et paramédical, ainsi qu'à un débat ce mardi à Tramelan pour les professionnels de la santé. A noter qu'une association intitulée «Vers une région sans douleur» a été créée début février. Elle a pour but d'élargir le combat de la douleur à tout le Jura bernois, voire à l'Arc jurassien, mais aussi de pérenniser la campagne et de la légitimer.

La campagne se poursuivra jusqu'en automne avec des actions ponctuelles dans chaque institution concernée.

Un bilan sera établi en fin d'année, afin de mieux cibler les besoins des patients, des résidants et du personnel soignant. Elle permettra aussi d'organiser les actions futures en tenant compte des remarques des uns et des autres. Ainsi, tous ensemble, ils continuent de mener le combat contre la douleur. /MNI


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

Top