03.08.2015, 09:18

Garagistes d'ici pas inquiets

chargement

Gros battage publicitaire la semaine dernière dans la vente de voitures neuves défiant toute concurrence. Vraiment? Deux garages à 18 km de distance, le garage R. Palma, à Tavannes, et le Garage des Seignes, à Saignelégier, se sont en effet annoncés comme points de vente Multimarque, un discounter de vente de voitures neuves allant jusqu'à 36 % de rabais parmi les 600 marques proposées. De quoi interroger le grand public mais pas les autres garagistes de la région. Circulez, il n'y a rien à voir d'autre qu'un marché débridé sur fond de franc fort.

Système d'achat online

Il y a dix ans que Delta Cars a constitué un réseau d'achat et de vente Multimarque de voitures neuves à des prix cassés en France, en Allemagne et en Suisse. Aujourd'hui, le réseau s'implante en Suisse romande. «J'ai fait ma demande en mai pour devenir un point de vente Multimarque, aujourd'hui nous mettons le paquet publicitaire dans la région par ce catalogue tous ménages», explique Roberto Palma. Selon lui, un profond remaniement de ce système de vente a été opéré. «Il s'agit surtout d'un dispositif d'achat online», précise le garagiste. La première approche se fait donc par internet avec une demande d'offre. Le vendeur Multimarque offre la garantie du fabricant, soit de deux à trois ans.

«Depuis des mois, le franc fort augmente les marges de bénéfice sur les voitures neuves et les pourcentages de rabais. Cela ne justifie pas le prix élevé des voitures en Suisse», argumente Roberto Palma. «Cette concurrence-là va peut-être faire changer la politique des importateurs. Il y a une demande, une clientèle prête à acheter sur internet. En plus, il n'y a pas de reprise surévaluée mais bien calculée même si le client fait une meilleure affaire en vendant son ancienne voiture lui-même.»

Un poil trop tard

«Et qui met les sous pour les reprises? Ils font beaucoup de promesses, ils auront des surprises», se demande André Gerber, du garage des Reussilles. «Renault, comme d'autres marques, pratique depuis un certain temps déjà le partage de la marge du change», remarque-t-il en soulignant que la pub de R. Palma est bien faite. «Mais 36% de rabais c'est des chiffres absolus. Nous donnons 28% plus la reprise, cela fait en tout 35%. De toute façon la voiture n'est pas un objet. Elle s'entretient. Internet ne peut pas le faire», dit-il. «Nous sommes formés pour des prestations de pointe et travaillons sur des rapports de confiance avec le client», renchérit Beat Lerch du Garage Alouette, à Tramelan.

Quant aux garagistes tavannois du Lion Elvis Lehmann et Sylvain Burkhalter du garage du même nom, ils estiment que «Multimarque arrive un poil trop tard», expliquant que leurs exportateurs ont déjà adapté l'offre. Le second a par exemple vendu une Alfa Giuletta 5000 fr. de moins que Multimarque. Tous mettent en avant le service après-vente, qui n'est pas virtuel. Ni la préparation des véhicules. Quant à l'électron libre de Reconvillier, Heinz Siegrist, il insiste sur le rôle social du garagiste qui forme des apprentis.

Les garagistes du coin relèvent l'effet pervers du genre de vente libre: la détérioration drastique du marché de l'occasion. / yad


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top