27.07.2009, 08:55

Foule sentimentale

chargement
Par MICHAËL PERRUCHOUD

Le Tour 2009 se termine sur un podium de choix. Et si les acteurs sont de qualité, on regrettera qu'ils n'aient pas forcément endossé ici leur meilleur rôle. Alberto Contador a certes tout d'un immense champion; il a maîtrisé son sujet de bout en bout, sur tous les terrains, mais un brin de panache dans les Alpes n'aurait pas fait de mal. Le Madrilène en avait sans doute les moyens; les jeux de pouvoir au sein de sa propre équipe nous ont empêché d'en profiter.

Andy Schleck est un contradicteur de choix, la qualité de sa troisième semaine et son numéro sur les routes du Grand-Bornand le démontrent. Mais il lui manque encore un peu de bouteille pour faire pâlir un Contador en pleine condition. Pour la victoire, il n'y eut guère de suspense.

Seul Armstrong, finalement, a su jouer sa partition sans la moindre erreur. Le maître tacticien a serré les dents quand la route s'élevait et au bluff, à l'intelligence, au courage, il a obtenu un podium que peu lui prédisaient... Si les deux premiers cités feront office de grands favoris, il est tout aussi certain que le Texan se présentera en 2010 plus fort qu'il ne l'était cette année... Voilà qui promet.

Quel bonheur de se remémorer les péripéties d'un Tour en parlant de sport et uniquement de sport! Le public ne s'y est pas trompé et l'enthousiasme, à Verbier comme au Ventoux, avait des petits accents de renaissance. Amour ou crédulité envers cette discipline salie, souillée, constamment montrée du doigt? Les deux sans doute. Mais j'y vois surtout cette envie des foules, naïve peut-être, de croire au spectacle, de profiter de l'histoire qu'on veut bien leur raconter.

Depuis ses débuts, le Tour de France est revenu de tous les scandales, de toutes les outrances. Il est bon de redire aujourd'hui combien l'épreuve est vivace, combien il suffit d'en laisser les rênes aux coureurs, pour qu'elle enchante sur le bord des routes. Ce sont les descentes de police et les coureurs traités comme des criminels que l'on ne veut plus voir. Il existe des moyens de lutter contre le dopage sans entrer dans ce carnaval sinistre fait de coups d'éclats et de boucs émissaires, de nettoyer la caravane sans aboyer sa haine hygiéniste au passage du peloton. Quelle que soit la teneur de leur sang, les coureurs méritent d'être traités mieux que cela!
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ŒuvreEclairage de Sebastien Fanti: «Prudence avant de publier une photo»Eclairage de Sebastien Fanti: «Prudence avant de publier une photo»

DémocratiePoint de vue de Hans-Peter Renk: comment en finir avec la clause de la «double majorité»?Point de vue de Hans-Peter Renk: comment en finir avec la clause de la «double majorité»?

HôtellerieMorat: s’évader les pieds dans l’eau, la tête dans les feuillesMorat: s’évader les pieds dans l’eau, la tête dans les feuilles

Chronique«Croyez et vous serez sauvés», l’air du temps de Sylvie Balmer«Croyez et vous serez sauvés», l’air du temps de Sylvie Balmer

RétrospectiveEn 1980, les Suisses disent oui à la ceinture de sécuritéEn 1980, les Suisses disent oui à la ceinture de sécurité

Top