03.08.2015, 09:18

Dans quel état vais-je errer?

chargement
Par philippe villard

J'ai pas le moral, je me sens tout chiffonné, je vire au jaune vieux papier. Mais quoi donc est-ce qui me turlupine à ce point? Un de ces petits changements qui en disent long. Ikea a décidé de revoir son fond de catalogue en touchant aux cotes de Billy, la biblio basique. Et pourquoi s'il vous plaît? Parce que le géant du Do it yourself pense que le livre papier c'est mort. L'étagère va plutôt servir aux objets, aux bibelots, aux babioles, aux bricoles parce que les livres n'ont plus la cote.

Selon les renifleurs de tendances, on y exposera quand même quelques beaux livres, histoire d'exhaler un parfum de culture. La nouvelle génération rejette les pavés. Adieu «Guerre et Paix», «Vie et Destin», «Le Don paisible»… C'est la débâcle des romans-fleuves. Il paraît même que les livres papier deviennent des objets de pure décoration. On préfère les livres électroniques et la traçabilité numérique du formatage marchand qui accompagne la pêche en ligne. C'est pas parce qu'il y a moins de bistrots qu'on picole davantage de e-canons, mais si en plus, il doit y avoir moins de librairies, j'ai comme dans l'idée que le désert avance. Pour moi, c'est «Melancholia». Y a un truc qui vient percuter grave la galaxie Gutenberg. Avec mes livres, je ne suis plus à la page. Mais dans quel état vais-je errer?


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Chronique«Je te dis vous», l’air du temps d’Emanuele Saraceno«Je te dis vous», l’air du temps d’Emanuele Saraceno

HumourChronique de Christophe Bugnon: ça a super marchéChronique de Christophe Bugnon: ça a super marché

NatureLe bouquetin des Alpes n’est pas forcément tiré d’affairesLe bouquetin des Alpes n’est pas forcément tiré d’affaires

Chronique«Shanghai fashion week», l’air du temps de Luc-Olivier Erard«Shanghai fashion week», l’air du temps de Luc-Olivier Erard

Chronique«On achète où un fusil?», l’air du temps de Julie Pellaux«On achète où un fusil?», l’air du temps de Julie Pellaux

Top