20.04.2018, 17:02

Viols et meurtres: la police neuchâteloise dénonce un fichier inefficace

Premium
chargement
La police neuchâteloise utilise la base de données Viclas depuis 2012, sans aucun résultat positif.

Violences La police neuchâteloise veut se séparer d’une base de données destinée à élucider les crimes graves. Le système informatique lui coûte 20 000 francs par année. Il n’a permis d’élucider aucune affaire.

«Ce système informatique n’a permis d’élucider aucun crime dans le canton de Neuchâtel. Il n’a jamais prouvé son utilité.»
Pierre-Louis Rochaix, porte-parole de la police neuchâteloise, ne mâche pas ses mots: le fichier Viclas, une banque de données destinée à élucider de graves crimes en série en se basant sur le mode opératoire, ne répond pas aux...

À lire aussi...

LectureLes bibliothèques neuchâteloises s’adaptent au coronavirusLes bibliothèques neuchâteloises s’adaptent au coronavirus

Trois idées entre quatre mursCoronavirus et confinement: les bonnes idées du comédien Robert SandozCoronavirus et confinement: les bonnes idées du comédien Robert Sandoz

PandémieCoronavirus: pas de fleur pour les plantons, malgré la demande du gouvernement neuchâteloisCoronavirus: pas de fleur pour les plantons, malgré la demande du gouvernement neuchâtelois

PandémieCoronavirus: la police neuchâteloise veillera au grain au Creux-du-VanCoronavirus: la police neuchâteloise veillera au grain au Creux-du-Van

SantéCovid-19: un laboratoire neuchâtelois analyse désormais tous les tests effectués dans le cantonCovid-19: un laboratoire neuchâtelois analyse désormais tous les tests effectués dans le canton

Top