13.12.2017, 12:00

Une jeune pianiste empêchée d'étudier à Neuchâtel

Abonnés
chargement
Alexia Roth devra tout reprendre à zéro.  Christian Galley Photo: Christian Galley

 13.12.2017, 12:00 Une jeune pianiste empêchée d'étudier à Neuchâtel

Témoignage Alexia Roth rêvait de poursuivre ses études à la Haute Ecole de musique de Neuchâtel. Avec la décision de l'Etat de fermer le site, la jeune pianiste voit son rêve s'envoler. Et les contraintes s'additionner.

«La décision du Conseil d’Etat neuchâtelois m’a fait mal. En fermant la Haute Ecole de musique, les autorités me contraignent à quitter mon canton.» 

Alexia Roth est encore bouleversée par la décision du Conseil d’Etat neuchâtelois de fermer son site de la HEM. «Si les autorités maintiennent leur décision, les nouvelles inscriptions seront déjà stoppées pour la rentrée...

«La décision du Conseil d’Etat neuchâtelois m’a fait mal. En fermant la Haute Ecole de musique, les autorités me contraignent à quitter mon canton.» 

Alexia Roth est encore bouleversée par la décision du Conseil d’Etat neuchâtelois de fermer son site de la HEM. «Si les autorités maintiennent leur décision, les nouvelles inscriptions seront déjà stoppées pour la rentrée d’août 2018 (réd: c’est ce que l’Etat aurait affirmé à plusieurs reprises aux enseignants). Cela signifie que je ne peux plus me présenter au concours d’admission de l’école, comme j’envisageais de le faire», explique la jeune pianiste neuchâteloise de 18 ans.

Retour case départ

Actuellement élève au Conservatoire de Neuchâtel, Alexia Roth répète depuis plusieurs mois son concours d’entrée à la HEM. Elle espère encore être admise dans la classe de Marc Pantillon, vers qui elle s’est tournée pour obtenir des conseils musicaux. La jeune pianiste suit également quelques leçons théoriques de la HEM, en tant qu’auditrice libre.

«Si le site de Neuchâtel ferme, il ne me restera que quelques mois jusqu’à Pâques (réd: date des examens d’entrée) pour trouver une autre école et un autre professeur, et surtout pour préparer un autre programme car les pièces imposées ne sont pas les mêmes partout», s’inquiète-t-elle. «Or, tout ce travail se fait d’ordinaire sur un an. Et trouver un professeur n’est pas chose facile», explique-t-elle en faisant allusion à la confiance et au feeling qui doivent s’installer entre les musiciens.

L’apport des élèves étrangers

Comme d’autres étudiants, Alexia Roth risque également de devoir quitter la maison familiale et trouver un logement proche de la ville où se situera sa future école. «Avec les répétitions en soirée, il m’est impossible de faire les trajets. Pour mes parents, ce sera tout juste gérable financièrement», regrette-t-elle.

Musicalement, les autres écoles proposent également une formation de qualité. «Mais Neuchâtel bénéficie d’une très bonne réputation internationale. Les professeurs sont reconnus. Lorsque le Conseil d’Etat déplore le peu d’étudiants neuchâtelois et le grand nombre d’étudiants étrangers, c’est précisément parce que les pays du monde entier entendent parler de nous en bien!»

Quelle offre ailleurs?

Alexia Roth songe aussi au tissu culturel régional dans lequel elle s’investit volontiers. Trompettiste en plus d’être pianiste, la Neuchâteloise joue dans plusieurs fanfares et orchestres du canton. Si elle quitte Neuchâtel, elle perdra toutes ces opportunités qu’elle affectionne. Car c’est aussi pour s’investir dans sa région qu’elle souhaite rester à Neuchâtel.

«Pour les jeunes, il y a plein de possibilités de jouer, ici. Même pour les pianistes, puisque nous pouvons accompagner les classes d’audition! Vais-je trouver cette même offre ailleurs?», s’interroge-t-elle.

De l’espoir, il en reste un peu à la jeune musicienne. Elle mise sur les discussions qui seront menées entre le Conseil d’Etat et les représentants de la Haute Ecole de Musique pour inverser la tendance. Mais l’espoir n’enlève rien à son angoisse. «Cette décision est très frustrante. On me ferme la porte de mon canton. Et ça m’angoisse de devoir partir pour l’inconnu.»
 

Concert gratuit

Un concert gratuit en faveur du site neuchâtelois de la Haute Ecole de musique sera donné le samedi 16 décembre à 10h30, au Temple du Bas de Neuchâtel. Il réunira choeur et orchestre sous la direction de Nicolas Farine et un ensemble de violoncelles emmené par Denis Severin.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top