22.10.2009, 10:11

Un archiviste professionnel vient au secours de communes du canton

chargement
Par LAURE-ANNE PESSINA

La commune de Saint-Aubin-Sauges se joint à Corcelles-Cormondrèche, Chézard-Saint-Martin et Cortaillod, pour la création d'un poste d'archiviste intercommunal. Cette professionnalisation, motivée par de nouvelles législations, n'est pourtant pas la norme dans tous les villages du canton.

Professionnaliser la gestion des données, créer des synergies et répondre aux nouvelles exigences de la loi sur la transparence… autant de motifs qui ont poussé la commune de Saint-Aubin-Sauges à recourir aux services d'un archiviste intercommunal, poste créé par Corcelles-Cormondrèche, Chézard-Saint-Martin et Cortaillod.

«Jusqu'ici, il incombait au personnel communal sans formation ad hoc, de s'occuper de nos archives», explique Jean Fehlbaum, membre de l'exécutif de Saint-Aubin-Sauges. «En se greffant sur ce poste, la commune pourra bénéficier des services d'un professionnel, et ceci à moindres frais.» L'heureux élu? Baptiste de Coulon, 30 ans, qui opérait déjà sur mandats dans différentes communes.

Copié sur le modèle vaudois, le concept de mandat intercommunal pourrait bien faire tache d'huile dans le canton. La récente loi sur la transparence des activités étatiques oblige en effet les administrations à fournir sur demande tout document officiel, ce qui implique une certaine organisation.

«Nous avons pris connaissance de la loi, mais aucune décision n'a été prise pour l'engagement d'un professionnel», explique Christian Musy, administrateur communal de La Sagne. A Saint-Blaise, c'est le comptable qui s'occupe de superviser le classement des documents. Quant à la commune de Cernier, elle proposera en décembre à son Conseil général de participer au concept d'archiviste intercommunal.

La situation hétérogène ne tourmente guère Lionel Bartolini, l'archiviste cantonal. «Chaque commune est responsable d'assurer la conservation et le classement de ses archives. Mais les sensibilités sont différentes. Certains villages n'engagent des archivistes que ponctuellement, d'autres font figure de pionniers», décrypte-t-il. «Par ailleurs, les petites communes ont du temps avant de devoir se soucier davantage de leurs archives. La révision de la loi sur l'archivage, obligeant une organisation précise des documents, n'a pas encore été adoptée.» Quant aux villes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Le Locle, elles bénéficient des services d'un archiviste communal. L'introduction de personnel qualifié au sein de quatre villages réjouit Lionel Bartolini: «Les archives cantonales jouent un rôle de conseil et de contrôle sur les communes. Disposer d'un relais professionnel permettra de mieux faire passer le message. Cette solution a certainement de l'avenir.» /LAP

Un métier en pleine mutation

Avec l'arrivée des nouvelles technologies, le métier d'archiviste a passablement évolué. L'image du vieillard farfouillant dans de vieux parchemins ne semble plus vraiment coller à la réalité.

«L'archiviste s'occupe toujours de la conservation des documents, bien sûr, mais il effectue également un travail au sein de l'administration, afin de sélectionner ce que l'on va garder, et ce que l'on va détruire», indique Baptiste de Coulon, 30 ans, engagé à 28% par quatre villages, en tant qu'archiviste intercommunal. «Autrefois, dans les communes, la situation était inconfortable. On intervenait de manière ponctuelle sur les archives, tous les 10 à 15 ans», note-t-il. Une méthode qui ne fonctionnera plus à long terme, avec l'archivage des dossiers électroniques. «Au niveau fédéral, un processus a été mis en place pour le traitement de ces nouvelles données. Cela viendra ensuite au niveau des cantons et des communes», commente pour sa part Lionel Bartolini, archiviste cantonal. «En attendant, des réflexions en amont sont nécessaires.» Les archivistes ont du pain sur la planche. /lap

Les bases légales de l'archivage

Loi sur la transparence des activités étatiques (LTAE)
Entrée en vigueur le 1er octobre 2007 dans le canton de Neuchâtel, elle a pour but de garantir l'information au public et de promouvoir la transparence. Désormais, tout document officiel est accessible, sauf exception.

Révision de la loi sur l'archivage (LArch)
Examinée au Grand Conseil: elle fournit une base légale précise pour la gestion des archives, vu l'évolution technologique périlleuse pour la pérennité des documents. Elle apporte des précisions pour une ouverture plus large des archives et pour une meilleure protection de la sphère personnelle.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Chronique«Ça va vous arriver», l’Air du temps de Catherine Lüscher«Ça va vous arriver», l’Air du temps de Catherine Lüscher

NeuchâtelLes dés sont jetés en vue de la construction du quartier de Tivoli sud, à SerrièresLes dés sont jetés en vue de la construction du quartier de Tivoli sud, à Serrières

SantéCovid: mesures encore plus strictes attendues la semaine prochaine à NeuchâtelCovid: mesures encore plus strictes attendues la semaine prochaine à Neuchâtel

Elections communalesSolidarités réclame un recomptage des voix en Ville de NeuchâtelSolidarités réclame un recomptage des voix en Ville de Neuchâtel

PandémieCovid-19: Neuchâtel interdit les réunions de plus de cinq personnesCovid-19: Neuchâtel interdit les réunions de plus de cinq personnes

Top